Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


L'étude préalable à la réhabilitation du tombeau d'Imedghacen attribuée à un consortium français
  • Publiée le : 11-03-2015
  • Article publier dans Culture
  • Lue 4629 fois

Le marché de l'étude d'exécution des travaux de restauration du monument funéraire berbère Imedghacen (Batna) et de fortifications de la Casbah d'Alger a été attribué mercredi à Alger au consortium français "Louis Berger", un holding d'engineering et de conseils dans le secteur de la construction.

 

Les sites concernés par cette étude préalable à la restauration concerne le monument funéraire royal Imedghacen (III siècle avant J.C.) ainsi que les Bastions 8 et 11 de la Casbah d'Alger, classée patrimoine de l'humanité depuis 1992.

 

Cette première phase du programme a été confiée au consortium français à la suite d'un avis d'appel d'offre international lancé par le programme d'appui à la protection et valorisation du patrimoine culturel en Algérie élaboré en  partenariat entre l'Union européenne et le ministère de la Culture.

 

 Elle consiste à mettre les lieux hors de danger, face aux risques "certain" d'effondrement. Selon le directeur du programme, Zouhir Ballalou, l'objectif principal de cette opération est de "sécuriser les monuments et les intégrer dans la dynamique économique et sociale de la région" de Batna -où le mausolée est isolé de la ville- et dans la Casbah d'Alger où les deux bastions croulent sous les gravats et détritus.

 

En amont de l'étude, des experts européens ont effectué des relevés photogramétriques ainsi qu'un balayage au scanner laser des monuments sélectionnés, une étude qui a confirmé l'état de délabrement critique des bâtisses, a expliqué le directeur du programme en marge de la cérémonie de signature du marché.

 

Cette opération était aussi l'occasion, a-t-il ajouté, de former des techniciens de l'Office de gestion et d'exploitation des biens culturels (Ogebc) et des directions de la Culture dans les régions aux techniques de relevé.

 

Cofinancé par l'UE et l'Algérie à hauteur de 21.5 millions et 2.5 million d'euros, respectivement, le programme d'appui dédié au patrimoine culturel en Algérie vise à renforcer la méthodologie d'inventaire des biens culturels, la mise en place de mesures d'urgence pour la sauvegarde des biens et l'installation de chantiers-écoles.

 

L'accompagnement de la société civile dans son action de sensibilisation à l'importance de l'héritage patrimonial figure aussi parmi les objectifs de ce programme qui vise le renforcement de la mobilisation du public à travers des associations qui oeuvrent à la protection du patrimoine.



Articles similaires :
Des chanteurs algériens au 15e Festival du monde arabe de Montréal
El Wahrani (L’Oranais), le film qui fait polémique
L’esprit néocolonialiste du directeur de l’institut français de Constantine

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X