Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Nasr Eddine Dinet, peintre orientaliste : Envoûté par la lumière du sud
  • Publiée le : 20-03-2015
  • Article publier dans Culture
  • Lue 5250 fois

Alphonse-Étienne Dinet, devenu plus tard Nasreddine Dinet après sa conversion à l’Islam, né le 28 mars 1861 à Paris et mort le 24 décembre 1929 à Paris, est un peintre orientaliste français. En 1881, après avoir obtenu son baccalauréat, il s’inscrit à l’École des beaux-arts de Paris et entre dans l’atelier de Victor Galland. En 1882, il expose pour la première fois au Salon des artistes français.

 
Alphonse-Étienne Dinet, devenu plus tard Nasreddine Dinet après sa conversion à l’Islam, né le 28 mars 1861 à Paris et mort le 24 décembre 1929 à Paris, est un peintre orientaliste français. En 1881, après avoir obtenu son baccalauréat, il s’inscrit à l’École des beaux-arts de Paris et entre dans l’atelier de Victor Galland. En 1882, il expose pour la première fois au Salon des artistes français.

 
En 1884, Dinet fait son premier voyage dans le Sud algérien avec une équipe de savants entomologistes, dans la région de Bou-Saâda. L’année suivante un second voyage le conduit à Laghouat et dans la région du Mzab. Il peint ses deux premiers tableaux algériens, «Les Terrasses de Laghouat» et «L’Oued M’Sila après l’orage». Dès 1886, il se met à apprendre l’arabe pour mieux comprendre la culture islamique ; en cette année l’État français lui achète une toile pour l’ancien musée du Luxembourg.

 
En 1887 Dinet effectue son troisième voyage en Algérie. Dorénavant il y passe six mois par an. Il obtient la médaille d’argent à l’Exposition universelle de Paris et, avec Meissonier, Puvis de Chavannes, Rodin, Carolus-Duran et Charles Cottet, fonde la Société nationale des beaux-arts, en 1889. En 1893, les orientalistes font leur première exposition officielle au Palais de l’Industrie à Paris. Il participe à l’Exposition universelle d’Anvers, l’année suivante, et est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1896. En 1898, Étienne Dinet illustre par 132 planches «Antar», poème héroïque arabe des temps antéislamiques d’après la traduction de M. Devic».


C’est en 1900 qu’il installe son premier atelier algérien à Biskra et obtient la médaille d’or à l’exposition universelle de Munich. Entre 1902 et 1905, il publie «Rabie el Kouloub ou le Printemps des cœurs», recueil de trois légendes sahariennes. Son tableau «L’Arabe en prière» amorce le mouvement qui l’amènera à se convertir. En 1905, Il achète une maison à Bou-Saâda pour y passer les trois quarts de l’année. En 1906, il publie «Mirages», illustré de 24 scènes de la vie arabe, dédié à Léonce Bénédite. Ce livre sera réédité en édition populaire sous le titre «Tableaux de la vie arabe». En 1907, est créée, sur ses conseils, à Alger, la Villa Abd-el-Tif, sur le modèle de la Villa Médicis à Rome.

 

Et en 1908, Étienne Dinet annonce par lettre à un ami qu’il s’est converti à l’islam depuis plusieurs années. De 1910 à 1912, il publie un roman «Khadra, danseuse Ouled Naïl», et participe à l’Exposition universelle de Bruxelles ; Publication de contes sahariens « El Fiafi oua el Kifar ou le Désert». En 1913, il annonce à ses amis le choix de son nouveau prénom musulman : Nasr-Eddine. Il participe à l’exposition universelle de Gand. Il achète une villa à Saint-Eugène (actuel Bologhine) à Alger, en 1923, où il expose régulièrement. Et fait ériger à Bou-Saâda la «qoubba» devant abriter sa future tombe. Il fut envoûté par la lumière bousaadie.


En juillet 1926, il participe à l’inauguration de la mosquée de Paris à l’édification de laquelle il a œuvré, et réaffirme publiquement, en 1927, sa conversion à l’islam dans la Grande Mosquée d’Alger (Djamâa El Kébir).


C’est en1929 qu’il effectue, en compagnie de Slimane Ben Ibrahim, le pèlerinage à La Mecque. Le 24 décembre de la même année il décède d’une crise cardiaque devant son domicile parisien. Le 12 janvier 1930 ont eu lieu ses funérailles officielles à Bou-Saâda en présence de Pierre Bordes, gouverneur général de l’Algérie, qui retrace la vie exemplaire de l’artiste. Une Éloge funèbre en arabe a été prononcée par une délégation des membres de Nadi Taraqi et des Oulamas .



Articles similaires :
Artisanat d’art : les constantinois éblouis par la richesse du terroir de la vallée du M’zab
Un colloque international sur Apulée de Madaure prochainement à Souk Ahras
Une exposition de costumes italiens d'époque inaugurée à Alger

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X