Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Algérie: Que signifient les tatouages traditionnels que portent les femmes âgées?
  • Publiée le : 24-10-2014
  • Article publier dans Culture
  • Lue 32278 fois

Yasmin Bendaas, une anthropologue, a essayé de perçer le mystère des tatouages traditionnels algériens.Elles sont âgées et affublées de tatouages sur le visage. Toutes sont nées dans les années 1930, dans l'Algérie coloniale. A quoi ressemble leurs tatouages? Des lignes et des points. Sur le front, le menton, parfois les joues. Quand on s'aventure à leur demander ce que cela signifie, ces vieilles femmes répondent «j'étais petite, je ne me souviens plus.»

 

Yasmin Bendaas a essayé de perçer le mystère des tatouages traditionnels algériens. Dans un article publié sur le site Your Middle East et intitulé The Story of Algeria's traditional tattoos, elle raconte l'enquête qu'elle a mené dans la région des Aurès en Algérie:«L'été dernier, lorsque j'ai interviewé Massouda Ibrahimi, elle avait 78 ans.Assise dans sa maison à El-Madher, elle essayait de se remémorer tout ce qui pouvait se ratacher à ses tatouages. C'est à l'âge de cinq ans qu'elle a été tatouées, mais elle n'en sait pas plus.»

 

Les souvenirs ont disparu, comme la tradition. Selon Yasmin Bendaas, seules les femmes nées à une certaine époque portent la marque de ces tatouages, notamment dans la région montagneuse des Aurès, dans l'est de l'AlgérieLes femmes qu'elle a interrogées ne connaissent pas la signification de leur tatouage car la plupart n'ont pas choisi le motif qui est inscrit sur leur front ou leur joue. C'est la tatoueuse, appellée adasiya, qui marquait à sa guise le visage des jeunes filles. Ces pratiques étaient souvent liées à la guérison, précise Yasmin Bendaas. Les adasiya étaient des gitanes venus du Sahara, de Sidi Aysa ou d'Oran.

 

D'après Yasmin Bendaas, c'est la disparition des adasiyas qui a entraîné le recul de la tradition. A cette époque, ces femmes voyageaient à dos d'âne et frappaient aux portes des maisons pour offrir leurs services. Le mari de Massouda Ibrahimi se souvient  que les tatouages étaient alors une marque de féminité: «la femme sans tatouages ​​n'était pas une femme.»

 

Dans un article publié sur le site de la chaîne qatarie al-Jazeera, la jeune femme revient sur le mythe qui voudrait que ces tatouages protégeaient les femmes des soldats français dans l'Algérie coloniale, en les rendant peu attractives aux yeux des Occidentaux. Selon Yasmin Bendaas, ce mythe n'est pas dénuée de fondement. Elle explique que certains tatouages symbolisaient l'homme ou le soldat algérien en combat. Il n'est donc pas impossible qu'ils aient eu une portée politique, mais cela ne peut être la seule explication.

source: slateafrique



Articles similaires :
Le président turc visite le chantier de restauration de la mosquée Ketchaoua
Les chantiers du patrimoine culturel attendent toujours
L'étude préalable à la réhabilitation du tombeau d'Imedghacen attribuée à un consortium français

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X