Face aux hausses injustifiées des prix, Le 20 décembre prochain, n’achetez rien
  • Publiée le : 14-12-2014
  • Article publier dans Économie
  • Lue 7921 fois

Le 20 décembre prochain, n’achetez rien. C’est l’appel que lance l’Association de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (Apoce) à tous les consommateurs à travers le territoire national.


L’opportunité, comme l’expliquait hier le président d’Apoce, Mustapha Zebdi, lors d’une conférence de presse, aux citoyens d’agir et de réagir dans le contexte de hausses considérables et injustifiées des prix des produits, notamment ceux de large consommation et non subventionnés et de pouvoir d’achat en déclin.


Des produits alimentaires dont les prix enregistrent des hausses de 50% à 100%, voire davantage, relève-t-on. Les consommateurs pourront ainsi exprimer leur mécontentement par rapport à la situation actuelle du marché, protester de manière pacifique mais aussi s’autocritiquer, expliquera le président de l’Apoce qui précise néanmoins que cet appel au boycott commercial ne cible aucune personne, institution ou instance, qu’il s’agisse des pouvoirs publics, des collectivités locales ou des commerçants et autres acteurs de la chaîne commerciale.


Une journée sans achats, une initiative qui suscite déjà l’adhésion grâce à la démarche de sensibilisation et les actions de vulgarisation impulsées par une quinzaine d’associations locales, assurera Mustapha Zebdi.Ainsi, le président de l’Apoce escompte une réaction des consommateurs plus importante que celles observées lors des actions similaires organisées par l’Apoce en 2012 et 2013 et qui ont concerné les viandes rouges et blanches notamment.


Sans préjuger du taux de participation, le président de l’Apoce estime que cette action n’aura pas, certes, d’effet immédiat sur le marché mais se veut davantage à portée psychologique. Voire, l’association œuvre à faire du 20 décembre de chaque année la Journée algérienne sans achats même si cette journée est célébrée le 15 décembre dans le monde.L’occasion pour le président de l’Apoce de réitérer la proposition de plafonner les marges bénéficiaires de certains produits alimentaires selon ce qu’ils coûtent aux agriculteurs ou importateurs. Ce qui pourrait contribuer à mettre un terme à la crise actuelle.


A charge également, comme le relèvera le porte-parole de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Hadj Tahar Boulenouar, favorable à cette initiative de l’Apoce, de remédier en l’absence d’une politique cohérente, efficiente et concrète, en matière de prix et de salaires. Ainsi, le représentant des commerçants évoquera la nécessité de se doter d’un programme de production notamment agricole planifié et couvrant la demande, de développer les réseaux de stockage et de distribution et de revoir les conditions et modalités d’encadrement de l’importation.

Source : lesoirdalgerie



Articles similaires :
Vols Low-Cost : Air Algérie ou Tassili Airlines, sinon rien
Les réserves officielles de changes se sont contractées à 193,269 milliards de dollars à fin juin 2014
L’Algérie débutera l’exploitation commerciale de son gaz de schiste en 2022

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X