Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Bouteflika, vers un cinquième mandat !
  • Publiée le : 20-10-2016
  • Article publier dans Exprimez-vous
  • Lue 10269 fois

L'Algérie n'organisera pas la CAN 2017 et c'est tant mieux ! Incaapables sommes-nous d'achever nos chefs-d'œuvre de stades ou de poser et d'entretenir des pelouses. Triste réalité d'une Algérie admirant sa grande mosquée, et « abandonnant » des projets comme celui de Dounia Park, un potentiel levier qui aurait permis à ce pouvoir de sauter enfin sur cette occasion rêvée et de faire le ménage en vue d'un probable cinquième mandat se profilant silencieusement à l'horizon !

Cet horizon me murmure qu'une révolution se prépare, aussi soft que la tunisienne, peut-être tragique comme la syrienne ou encore sale à l'égyptienne pour revenir au point zéro.


Il y a un climat politique des plus humides sur Alger ces derniers temps, la fin de l'été sans doute. Il ne faut donc pas s'alarmer. Restons zen. Rien ne changera, et la corruption ne connaîtra pas de temps morts. Les ministres ne seront pas jugés, les islamistes continueront à nous pourrir l'air ambiant et les francophiles à s'attarder sur ce qui se passe ailleurs. Tout le monde trouve son compte et ses repères ici-bas. J'allais oublier ce vieux MAK, lui, nous ne sommes pas prêts de le voir agoniser, trop précieux pour l'équilibre sentimental politique !


L'Algérie de mes douze ans a disparu. J'entrevoie celle de mes vingt ans pointer son nez à travers les écoles abîmées, endoctrinées, les rues malpropres et les stades où le langage de la violence est seul maître… Triste réalité ! Ainsi va le paradoxe d'une société qui s'entasse dans les mosquées pour mieux se prosterner face aux pots de vin hallal !

Où va l'Algérie ? Nulle part, et c'est tout autant, voire plus dramatique de ne point le savoir. Face à une oppression politique pareille, rien ne sert de courir, il faut rester assis et attendre la fin !



Articles similaires :
De « Bounoura » au podium de la diplomatie, Brahim AISSA, ou l'homme que l'Algérie a perdu.
SOUTIEN AUX POPULATIONS DE AIN SALAH
Où sont passés les 390000 harkis restés en Algérie ?

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X