Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Emmanuel Macron, un président aux couleurs algériennes !
  • Publiée le : 05-05-2017
  • Article publier dans Exprimez-vous
  • Lue 4649 fois

Au moment où l'Algérie se cherche tout en maîtrisant sa sécurité, la France quant à elle se noie dans la querelle politique de bas étage pour enfanter au second tour de sa présidentielle un duel inédit et inapproprié à son histoire républicaine : aujourd'hui la France de la Révolution et celle de la Résistance face aux totalitarismes et au fascisme se retrouve honteusement devant le pire des choix à faire, ultra-libéralisme avec Macron, ou nationalisme haineux avec la Présidente du FN... peste ou choléra. Essayant d'immerger de leur déception, ceux qui avaient entrevu la possibilité d'un réel changement, parmi lesquels les insoumis de Mélanchon, appellent majoritairement à l'abstention.


La grandeur de la gauche, la vraie gauche, a eu cet effet pervers de signer lors de ce premier tour son échec : ne pas céder à la tentation des stratégies et refuser les concessions, une intégrité qui a empêché le ralliement des forces de gauche. Cette prise de position louable mais malheureuse ne doit pas nous faire oublier que la gauche aurait été en tête, avec plus de 26 % des voix en ce premier tour. Le peuple français avait soif d'un nouvel horizon politique, de modernité, d'espoir.


Les deux protagonistes de cette comédie (dramatique) en sont aux antipodes: l'un issu du néonazisme le plus basique, l'autre issu...du gouvernement actuel, tant critiqué. Car il faut bien comprendre que si Emmanuel Macron réussit son pari (et ce sera certainement le cas vu l'ardeur avec laquelle les médias en font la propagande) ce seront, avec lui, François Hollande et bon nombre des socialistes au pouvoir à ce jour qui gagneront. C'est bien lui qu'ils soutiennent, depuis le début, au détriment du candidat socialiste démocratiquement choisi par le peuple de gauche.


C'est pour tout cela que (bien qu'il soit de notre devoir d'espérer qu'un parti aussi extrémiste et dangereux que le Front National n'emporte pas la gouvernance de la France) les suites de ce désastre, le débat de demain ni même les résultats du second tour, peinent à m'intéresser. Cette France qui est malade de ses politiques va aussi mal que certains pays du Tiers-Monde gangrénés par la corruption de ses dirigeants.


Demain donc, Macron sera élu, il oubliera vite ses promesses électorales, ses déclarations sur la colonisation tenues à Alger, le petit Momo restera aux chômage, quant à ma petite personne elle peaufinera une ultime chronique en attendant le décès du régime présidentiel, celui de l'hégémonie de la finance et la fin de Daesh. A très vite...



Articles similaires :
SOUTIEN AUX POPULATIONS DE AIN SALAH
Où sont passés les 390000 harkis restés en Algérie ?
Ce soir, l'OM de Ben bella défit le PSG de Mustapha Dahleb !

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X