Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Hadj Raouraoua, l'homme qui vise la réussite et oublie le succès.
  • Publiée le : 08-04-2015
  • Article publier dans Exprimez-vous
  • Lue 6085 fois

Le roi-soleil, Derouaz, le pitre et moi !

 

Hadj Raouraoua et Derouaz sont tous deux de grandes figures marquantes de notre sport national, leurs compétences, les résultats qu'ils ont pu réaliser tout au long de leur parcours sportif respectif parlent pour eux.

 

Le premier est encore en activité, quant au second, il a disparu des écrans radars, mais ce n'est pas pour autant qu'il faille l'oublier, surtout que cette chronique a besoin de lui afin de l'utiliser comme joli point d'appui et démontrer à quel point la réussite ne fait pas bon ménage avec les aigris de tous genres !

 

Ai-je droit en pareille circonstance de vous rappeler les réalisations venues d'ailleurs d'Hadj Raouraoua, ou de vous compter sur les cinq doigts de ma main droite les titres Africains de Derouaz ?

 

Inutile, n'est ce pas ?!

 

Avant la prise de fonctions d'Hadj Raouraoua au sein de la FAF, « votre » star nationale entrait dans un combat de coqs acharné contre Derouaz, avec la bénédiction et le soutien d'une chaîne de télévision alors montante, et qui n'avait pas encore la notoriété mondiale de ce début de siècle !

 

Depuis, et toujours « votre » star adulée, s'est vu remercier par ses amis d'hier, Dieu seul sait s'ils l'ont été un jour, la faute encore une fois à ses compétences incontestées dans l'analyse !

 

Quelques années plus tard, la moutarde dijonnaise lui a envahi les narines, la folie des grandeurs s'étant emparée de sa petite âme, et il s'est vu un autre destin, encore plus grand, voulut porter un joli costume, plus à la mode que ceux qu'il arbore fièrement aujourd'hui, celui de sélectionneur national, mais hélas, le pétard fut mouillé, la nuit de noces s'est vue écourtée par un écart de langage, ne sachant pas tenir sa langue chez l'étranger, a-t-on le droit de critiquer Hadj Raouraoua, le roi-soleil du football algérien ?

 

Non, le soleil on le contemple, on l'admire et on tache d'éviter ses coups nocifs pour son crâne, cette coquille aussi vide qu'une calebasse, seule propriété de valeur de « votre » star !

 

Très vite remis à sa place, il s'est vu rêver une deuxième fois d'un destin international, devenir calife à la place du calife, prendre le gouvernail du bateau « FAF » et s'imposer ainsi empereur !

 

Soutenir un quatrième mandat, pour décrocher le sien !

 

L'histoire nous raconte que Bokassa mangeur d'enfants, atteint de nombrilisme, son pays étant La Centre Afrique, la raison peut être, de sa déchéance du trône aussi vite que son pays sombrait dans le chaos, le Bokassa algérien n'aura pas son jouet sur la tête, et Hadj continuera de gérer l'empire FAF, sans se soucier des nains, car comme l'avait si bien dit Jacques Verges auparavant, « les nains continueront à uriner aux pieds des statues, elles sont faites pour ça ! »

 

Au fond de votre cuisine transformée en studio, amusez-vous à jacter, pestiférer, refaire le monde, le vôtre, et cuisiner vos plats nauséabonds, la fumée que dégagera la cheminée, aussi opaque soit-elle, ne noircira jamais le joli arc-en-ciel tricolore qu'a si bien dessiné le Picasso Algérien, j'ai nommé, Hadj Mohamed Raouraoua bien sûr.

 

Avec mes plus amères rancunes.



Articles similaires :
Etudiants en grève aux Beaux Arts d'Alger
De la résistance par le mensonge à la trahison par     le verbe.    La face cachée d'Ahlam Mosteghanemi
Où sont passés les 390000 harkis restés en Algérie ?

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X