Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


La femme mozabite, cette Algérienne inconnue, qui est-elle, et à quoi ressemble-t-elle ? Aujourd'hui, nous levons une partie du mystère !
  • Publiée le : 13-04-2015
  • Article publier dans Exprimez-vous
  • Lue 10325 fois

La rose des sables


La femme mozabite, c’est ma mère, mes sœurs, ma fille, et celle que le destin n’a pas voulu qu’elle devienne ma moitié. C’est un cœur dévoué, sincère, aimant et fidèle. Cette belle inconnue est une réalité devenue mythe à travers les siècles. Au m’zab, elle chatouille les murs, se faufile dans les labyrinthes de cette cité unique.

 

Cette description, propre aux fantômes qui enjolivaient jadis les récits des conteresses mozabites, mais nul doute qu’elle est bien vivante, loin de souffrir du bagne que peuvent s’imaginer les visiteurs d’un jour de la cité aux toits bleus.

 

La désolation du minable est grande de ne pouvoir vulgairement se rincer l’œil de sa véritable beauté, mais je la regarde, moi, de là où je suis, avec mon cœur.

 

Au m’zab, visible au grand jour, aux yeux de tous, la mozabite c’est cette leçon d’architecture, ce commerce florissant, ces palmiers fertiles, et surtout, cette foi qui se hume dans chacune des maisons de cette cité millénaire. ?Le regard n’est point banni, réveillez vos sens, et admirez !

 

Mes lunes, mes muses, ces Algériennes devenues Mozabites malgré elles, ont traversé la Méditerranée et les déserts, se sont dévoilées au grand jour, me servent le thé, avant de s’éclipser, pour un temps, celui de la prière.



Articles similaires :
Etudiants en grève aux Beaux Arts d'Alger
Avant Algérie-Oman, voyage au pays de Sindbad le marin
Où sont passés les 390000 harkis restés en Algérie ?

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X