Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Célébration du printemps berbère
  • Publiée le : 19-04-2015
  • Article publier dans Exprimez-vous
  • Lue 5190 fois

La venue le 10 mars 1980 de Mouloud Mammeri avait été annoncée par voie d'affiches depuis plusieurs jours déjà. Vers 12 heures, Mammeri, en compagnie de Salem Chaker et d'un chauffeur se dirige en direction de Tizi-Ouzou.

 

Parvenu à 14 heures à Dra Ben Khedda, ils sont interceptés par un barrage de police, conduit chez le Wali après vérification d'identité, M. Mammeri se voit signifier oralement, l'interdiction de sa conférence surla "poésie kabyle ancienne", sous prétexte de "risques de troubles de l'ordre public". Il est également convié à quitter la wilaya immédiatement.

 

Dimanche 20 avril 1980. Prise d'assaut de l'université..

Après douze jours d'occupation, a 4 h 15 du matin, alors que tout le monde s'était endormi à l'issue d'une longue réunion jusqu'à 3 heures du matin, plusieurs compagnies d'agents des forces de l'ordre ( gendarmes mobiles CRS), donnent l'assaut. Ils pénètrent violemment dans les chambres de la cité universitaire et matraquent tout le monde.

 

Coups de crosse et de baïonnette pleuvent sur les étudiants (ainsi que quelques travailleurs et enseignants restés sur place...) A la cité universitaire de jeunes filles de Medouha on arrête tous les enseignants que l'on peut ramasser, particulièrement ceux "qui sont passés par la France".
Il y a eu au total plusieurs centaines d'arrestation (de nombreux camions). Pour les blessés de la première journée, on a dénombré 443, plusieurs étudiants et enseignants ont réussi à prendre la fuite dans la montagne.

 

Le journal de Salem Chaker.

 

35 après cet événement politique majeur en Algérie, une reconnaissance qui ne règle rien puisque seul l'Arabe pour le moment, a les attributs de "langue officielle".



Articles similaires :
Où sont passés les 390000 harkis restés en Algérie ?
Le 8 avril 1908, naissait à « Beni Isguen » Moufdi Zakaria
Hadj Raouraoua, l'homme qui vise la réussite et oublie le succès.

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X