Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


« L'ibadisme » une école théologique de l'islam des lumières.
  • Publiée le : 19-04-2015
  • Article publier dans Exprimez-vous
  • Lue 4997 fois

Une voie, une vie, l'ibadisme.

 

Un silence de cathédrale, des silhouettes drapées de blanc, aucune tête n’ose dépasser l’autre, on ne reconnaît ni le riche ni le pauvre, chez les ibadites, le vendredi est un jour presque comme tous les autres, la prosternation voie unique vers le paradis.

 

C’est tôt, avant l’aube que s’accomplit l’apprentissage des futures épaules qui porteront le flambeau de cette école théologique, la plus ancienne dans le monde musulman.

 

Aucune concession faite, ni avantage donné à l’un aux dépens de l’autre, l’égalité étant la devise première d’un prophète. J’ouvrais les yeux sur cette voie coranique, cette singularité et cet autarcisme incompris par nos ennemis comme par nos amis.

 

C’est uniquement par souci de préserver, conserver cet héritage et perpétuer ces traditions religieuses que nous sommes ainsi devenus. Nous jeter l’anathème de cultiver « LA » différence, c’est ne pas avoir pris connaissance du déroulement de l’histoire.

 

La naissance de l’ibadisme est un acte religieux, avant d’être une position politique. Le m’zab à travers l’ibadisme, continue de creuser des sillons, les abreuver, grace à l’huile de coude de sa jeunesse conquérante, sous l’égide de ses guides spirituels, et avec la bénédiction de Dieu.

 

Sans la moindre crainte, imperturbables, le m’zab fait fi des aigris, d’être mal compris.

 

Loin de cette pentapole qui m’a vu naître, j’arbore ma traditionnelle tenue, mes lunettes de soleil, mon foulard Palestinien, j’écarquille les yeux, fière de ma dynastie.

 

Qu’Allah veille sur nous, sur vous, sur les nuits sacrées du m’zab, Amen.



Articles similaires :
De la résistance par le mensonge à la trahison par     le verbe.    La face cachée d'Ahlam Mosteghanemi
Avant Algérie-Oman, voyage au pays de Sindbad le marin
19 juin 1965 : putsch du clan de Oujda contre Ben Bella.

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X