Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Kamel Daoud Ce « bicot » recalé aux portes du paradis européen
  • Publiée le : 26-04-2015
  • Article publier dans Exprimez-vous
  • Lue 9226 fois

Cette ville insouciante et généreuse nous berce même quand nos rêves s'envolent, ne trahi jamais, elle a su rester digne dans sa folie.

 

Ville de théâtre, de cinéma, de musique, de foot, mais hélas aussi, de kamel Daoud il paraît, c'est ce que l'on m'a dit, peut-être parle-t-il d'elle quand oubliant son père, il pleure dans les bras de sa mère !

 

Intentionnellement et perpétuellement dans l’émotion, il sait que son compatriote reste à fleur de peau, sensible aux peines et malheurs des autres, la dramaturgie de comptoirs !

 

Ce semblant d'écrivain, au style bas de gamme est né le 29 décembre 2013, et faisant sa connaissance le jour où ses maîtres lui font repasser l'oral, le repêchant après avoir raté son concours d'un pauvre petit point ! Recalé donc le « bicot » aux portes de son paradis européen.

 

Normal, son ignorance de l'histoire est patente, plutôt éclatante et éclaboussante, le laissant nager dans une boue gluante ou perdu dans ces sables mouvants du désert tel un océan où l'on n'aura jamais pied Connaissez-vous ce qu'est le m'zab et à travers lui l'ibadisme monsieur Kamel Daoud ?

 

« C'est le dialogue entre la permanence et l'altération » retenez et évitez d'oublier ou de feindre l'amnésie je vous ai laissé la place et le plaisir d'être ce dissident sur tout, ce révolté même contre vôtre père.....vous qui décrivez si bien votre chaos sentimental.

 

Vous avez ce don de parler très bien de choses que vous connaissez très mal, vous défoncez les portes de l'histoire, oubliant que la nôtre n'est ni plus reluisante ni plus sombre que celle de vos maîtres, ces croisés !

 

Les descendants des rostemides sur qui vous jetez l’anathème, ces kharidjites selon vous, ne se résument pas aux quelques lignes que vous avez retenues dans votre cerveau étriqué, ce sont les fondateurs du premier état algérien, du plus ancien parlement encore en exercice au monde et d'un modèle de société que vos maîtres admirent !

 

Je ne puis savoir où sont vos pieds, et la nature du carcan qui entoure votre tête, mais je sais une chose, elle est mise à prix, comme au far ouest, pour quelques centimes ! Elle ne coûte même pas votre cracha honteux sur le symbole de la nation.

 

« Oh » diable !



Articles similaires :
Non assistance à personne en danger :
De la résistance par le mensonge à la trahison par     le verbe.    La face cachée d'Ahlam Mosteghanemi
Qatar-Algérie, les raisons d'une cinglante déroute.

Vos commentaires :

Quel est votre pronostic pour la finale de la LDC entre le Real Madrid et Liverpool ?




X