Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Hicham Aboud l'ancien capitaine de l'ANP à la retraite à où va l'Algérie : 《 Saïd Bouteflika m'avait proposé le jet présidentiel pour que je puisse assister aux funérailles de ma mère 》
  • Publiée le : 22-05-2016
  • Article publier dans Interviews
  • Lue 24682 fois

Qui mieux que Hicham Aboud pour parler des dessous des cartes, de ce qui se passe dans les coulisses d'une Algérie opaque. L'ancien capitaine de l'ANP et journaliste d'investigation hors-pair n'a pas attendu la chute de certains décideurs pour délier sa langue et avoir ce courage absent chez certains jusqu'alors, lui qui a su parler et s'opposer dans son livre : La mafia des généraux, livre référence. Aboud répond dans cette interview au PDG du groupe Annahar et nous livre un scoop, ses rapports avec le frère du président, Saïd Bouteflika !

 Interview réalisée par : Bassaïd AISSA

 

 Le PDG du groupe Annahar prétend avoir eu gain de cause dans deux procès contre vous, l'un en France et l'autre en Algérie, qu'en est-il exactement et de quoi s'agit il ?

 

Cet individu est le larbin des décideurs mafieux, qui par le passé avait été incapable de démentir des informations que j'avais divulgué à son sujet dans une interview que j'avais publié dans les éditions de Mon journal et Jaridati en date du 3 septembre 2013.

 

Sur injonction de ses maîtres dresseurs, il m'intente deux procès pour le même grief. L'un en Algérie où la justice est domestiquée et l'autre en France. En Algérie il pouvait faire tout ce que bon lui semblait du moment que ses maîtres dictent ce qu'ils veulent. Mais voilà qu'il est ignare en matière de droit, ne sachant pas qu'une condamnation par contumace n'est jamais définitive. Ceci, outre le fait que toute condamnation doit être annoncé à la partie adverse pour qu'elle puisse faire l'objet d'un appel si le jugement a été prononcé en présence du condamné ou une opposition si ce dernier était absent lors de l'audience.

 

En France, ce larbin (je ne voudrais pas l'appeler autrement car il l'est réellement) après avoir obtenu ma filiation complète et mon adresse personnelle par la voie de qui vous savez, a déposé sa plainte au tribunal de Paris dont l'incompétence territoriale est avérée. Une plainte a été conjointement déposée contre Anouar Malek. Là aussi, il a obtenu toutes les coordonnées mais a donné à la justice une fausse filiation et une fausse date de naissance.

 

Pour cette plainte, non seulement le larbin prouve une fois de plus son ignorance en matière de droit puisqu'une plainte ne peut pas être déposée devant deux juridictions différentes pour le même grief ! Il dit avoir obtenu ma condamnation par le tribunal de Paris, mais est-ce qu'on m'a communiqué le PV de jugement ? Non. Il tenait à se limiter à une condamnation formelle et sans suite. Son avocat lui a bien indiqué que dans le cas où le PV de jugement me serait communiqué je ferai appel et je le traînerai devant le tribunal de Lille où il sera malmené en étant à court d'arguments pour démentir les propos que j'avais tenus dans l'interview.

 

Quant à Anouar Malek, il a tout simplement refusé de signer le PV de jugement quand il lui a été présenté par un huissier de justice pour cause de fausse filiation et fausse date de naissance. Voilà ce qu'il en est de cette affaire.

 

Votre position sur l'affaire qui oppose le ministère de l'information à l'homme d'affaires Isaad Rebrab sur le rachat du groupe El Khabar ?

 

C'est une affaire qui a été politisée par le pouvoir en place par le biais de son ministre de la communication qui n'avait absolument rien à voir avec une transaction commerciale. Le gang qui est au pouvoir espérait la mort du groupe de presse El-Khabar qui a connu une véritable crise financière après le lancement de la chaîne TV KBC et les injonctions faites aux annonceurs privés pour ne plus passer leur publicité chez El-Watan et El-Khabar.

 

L'arrivée d'Issad Rebrab a sauvé El-Khabar et c'est tant mieux pour la liberté de la presse si cet organe d'information maintenait la ligne éditoriale que nous lui avions toujours connu. S'il n'y avait pas d'arrières pensées malsaines de la part du gang au pouvoir avant de s'opposer à Rebrab sous prétexte qu'il allait passer sous sa coupe deux organes de presse on aurait du faire ça bien avant avec Ali Haddad qui possède deux quotidiens (financés par l'argent du contribuable à travers l'ANEP) et deux chaînes de télévision.

 

Suite au décès de votre maman, Saïd Bouteflika vous a proposé un jet pour vous transporter afin d'assister à son enterrement, est-ce vrai, et pour qu'elle raison s'est-il permis envers vous une telle faveur ?

 

Dès qu'il avait appris le décès de ma mère à travers le site de monjournal-dz.com il avait remué ciel et terre, comme il me l'avait souligné, afin obtenir mon numéro de téléphone pour m'appeler à minuit et me présenter ses condoléances. Un geste que j'ai apprécié et pour lequel je l'avais remercié en relevant que Zeroual et son conseiller Betchine n'ont pas eu cette délicatesse suite au décès de mon père en 1998.


Quant à l'avion spécial qu'il m'avait proposé, c'était pour surmonter la difficulté de quitter l'Espagne où je me trouvais alors que je n'avais pas de passeport (à ce jour je n'en ai pas) et vu que ma mère allait être inhumée le lendemain. J'avais décliné l'offre en lui faisant remarquer que par ce geste je serai désarmé et je ne pourrai plus ouvrir ma gueule car ça sera de l'ingratitude de ma part si je venais à dénoncer ses méfaits contre l'Algérie qu'il ne cesse de commettre. Je ne suis pas le genre d'homme qui cède aux tentations. Sinon je n'aurai pas été là. Ma mère n'aurait jamais accepté que je vende mon âme pour un avion spécial qui m'amène pour assister à ses funérailles. Je suis de la race de ceux qui ont de la devise "Il a vécu en démuni et est mort sans rien laisser". C'est la meilleure manière de rester libre et de ne pas avoir à penser à un quelconque privilège matériel.



Articles similaires :
Exclusif- Abdelfattah Hamadache à Où Va l'Algérie : «Kamel Daoud est instrumentalisé par l'Occident pour frapper les bases de l'Islam, de la langue arabe et de l'identité algérienne»
Hafid Derradji à Ouvalagerie : « je n'aime pas cette Algérie de Bouteflika et son entourage »
Ce que pensent Abdelfattah Hamadache de la récente agression sexuelle à Oran.

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X