Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Exclusif- Abdelfattah Hamadache à Où Va l'Algérie : «Kamel Daoud est instrumentalisé par l'Occident pour frapper les bases de l'Islam, de la langue arabe et de l'identité algérienne»
  • Publiée le : 02-02-2015
  • Article publier dans Interviews
  • Lue 4230 fois

Exclusivité - Réaction de Abd El Fattah Hamadache à la rédaction d’Où Va l'Algérie à propos de la polémique lancée autour de son appel à condamner Kamel Daoud. Pour contextualiser la polémique, Abd El Fattah Hamadache a réagi, en lançant un appel aux autorités algériennes pour condamner Kamel Daoud suite aux propos tenus par ce dernier dans.

 

1- M. Hamadache, nous vous remercions de nous avoir respectueusement accueillis. Nous avons quelques questions à vous soumettre si vous permettez. Veillez nous rappeler votre parcours ?

Louanges à Allah, Prières et Saluts sur son Messager. Ensuite, je tiens à vous remercier pour votre invitation et vous exprimer toute ma considération au regard des bons efforts que vous faites dans ce domaine et je vous souhaite plein succès dans vos services pour la bonté et le bien du pays et de son peuple.

 

En ce qui me concerne, je suis un homme simple, qui s’attèle à servir sa religion, son pays et son peuple. J’ai fait mes classes auprès d’environ 37 savants « 3oulamaa » de la Mecque et du monde entier. Je suis par ailleurs, membre érudit du comité scientifique: "Campagne mondiale de résistance à l'agression contre la nation islamique".


Je demande à Allah de nous aider à nous maintenir sur le droit chemin, à dire la vérité et à faire du bien jusqu'à rencontrer le Tout-Puissant.

 

2- Que connaissez-vous et que pensez-vous de Kamel Daoud ?

Je pense que le dépravé qu’est Kamal Daoud est un écrivain, instrumentalisé  par l'Occident pour frapper les bases de l'Islam, de la langue arabe et de l'identité algérienne. Il a trouvé en eux un terrain idéal parce qu'il adopte leur pensée et récite ce qui lui a été enseigné et ce qu’il a reçu d’eux. Il s’agit là d’un homme à la recherche de gloire. Quant à eux, ils promeuvent largement ses déclarations et ses écrits contre l'Islam, le pays et les musulmans.

 

J’ai lu ce qu’il a écrit et j’ai trouvé en ses propos un écrivain vide, s’inspirant du vide et exprimant son vide spirituel, sa maladie psychologique, son influençabilité, son identification, son assimilation et sa reconnaissance dans la personnalité d’autrui et dans l'identité d’autres peuples, parce qu'il considère que sa personnalité n’en est pas une et que son peuple n’en pas un est et qu’au contraire c’est la personnalité d’autrui qui est meilleure et qu’un peuple autre que le sien qui est un vrai peuple selon son esprit tordu. Kamel Daoud, se voulant progressiste, dénonciateur, révisionniste, émancipateur, prêcheur de raisonnables paroles, s'emprisonne lui-même dans un caricatural systématique et décrédibilisant rejet de tout ce qui peut référer aux composantes de l'identité de la terre où il a vu jour.

 

3- Suite à quels propos (exprimés dans des livres, des articles, des apparitions …) de Kamel Daoud avez-vous réagit ?  

Kamal Daoud s’est fait connaitre comme ennemi luttant contre la langue arabe et l'ennemi de tout ce qui est arabe. Il abhorre le mot arabe et le met entre guillemets dans ses écrits. Kamal Daoud a édité dans Le Quotidien D’Oran du 17/12/2009 un article intitulé " L’inévitable décolonisation horizontale" dans lequel il déclare : "nous, les Algériens ne sommes pas arabes et la langue arabe est une langue «sacrée», mais très morte ... que la colonisation arabe horizontale a créé de nous les colonisés de l’arabité ...

 

je suis algérien et ma langue maternelle est l’algérien, pas l’arabe.". Il a déclaré dans le journal français Le Figaro Littéraire du 16/10/2014 : " J’écris en français et pas en arabe, parce que ce langage arabe est piégée par le sacré. ". Le 4 Octobre 2013, il a publié son roman, qui est passé inaperçu, "Meursault, contre-enquête". Ce roman n’est en fait qu'un procès contre les Algériens, leur culture et contre l'Islam, ces sujets étant des éléments obsessionnels chez lui. C’est ainsi qu’il dit du Coran: «Parfois, je feuillette leur livre, livre dans lequel je trouve beaucoup de palabres, de deuil, de menaces, d’hallucinations, me donnant l’impression d’être à l’écoute d’un vieux veilleur de nuit délirant... » (page 8) ; Que Dieu nous en préserve. Et de ses voisins, les Algériens dont il dit des enfants, qu’ils grouillent sur son corps tels des asticots"(page 79). Et de la ville d'Alger dont il dit que c’est une capitale laide."  5-7.

 

Le 25 Juin 2014, Kamel Daoud déclare dans un article d’Algérie Focus intitulé "FLN, je te déteste ! " : Je voudrais le voir lynché. Sincèrement. Je m’en sentirais propre et enfin réparé dans mon honneur d’algérien. Je voudrais. Le tuer. Tuer le FLN. Comme la France coloniale l’aurait souhaité. Je voudrais l’exécuter contre un mur et cracher sur son cadavre … Ah j’en rêve. D’écraser aujourd’hui le FLN, comme la France ne l’a pas réussi." Ce qui est entendu ici n’est pas le FLN de maintenant mais le FLN de 1954-1962.

 

Le 19 Novembre 2012, au cours de la première attaque israélienne sur la bande de Gaza, il a publié un article dans le site Algérie Focus où il a dit : "Israël Bombarde Gaza mais cela est presque un détail dans la chronique des deux peuples -... La Palestine est ce pays qui sert à dire que les Israéliens sont mauvais par nature, pour faire oublier que les « arabes » sont pires ". Bien que l’Association Europe-Israël ait publié l’article en question sur son site¨ (et elle publie bon nombre de chroniques de Kamel Daoud), il n’attira pas l'attention à l'époque dans les médias contrairement à celui traitant du FLN qui a fait parler.

 

Ainsi, quelques jours après sa publication, le 6 Juillet 2014,  Pierre Assouline, membre du jury du prix Goncourt, publie un long article sur le site "République de livres", intitulé "L’Autre de "l’Etranger"" et rendant un fervent hommage au roman de Kamal Daoud et il deviendra un des plus enthousiasmés de Kamal Daoud. Je rappelle que Pierre Assouline est un militant sioniste, fortement actif auprès du Crief français. Il participe entre autre à l'édition de l’hebdomadaire "Actualité juive". Sa femme Angela Yadgaroff Assouline est membre actif de l’Organisation mondiale des femmes sionistes qui aurait décerné le prix européen à Pierre Assouline. En Juin 2012, Pierre Assouline s’en prend violemment à l’Ambassadeur de la Palestine à l'UNESCO, M. Elias Sanbar en raison de sa critique de la visite de l'écrivain algérien Boualem Sensal en Israël. A se demander si Kamal Daoud ne serait pas sur la même ligne directrice que Sensal !

 

Au lendemain de la tenue de l’assemblée du prix Goncourt, Kamal Daoud assène un nouveau coup de poignard à la Palestine, en pleins bombardements de Gaza,  écrivant dans le journal Le Quotidien d’Oran  12/07/2014 un papier s’intitulant : "Pourquoi je ne suis pas "solidaire" de la Palestine " dans lequel il dit : " … que l'on cesse la jérémiade : le monde dit « arabe » est le poids mort du reste de l'humanité." et dans lequel il compare  la situation à Gaza à la situation dans la vallée du M’Zab en l'Algérie. Et depuis lors, Kamel Daoud est devenu le résistant rebelle aux yeux de la presse franco-sioniste. Le 25/07/2014, le site internet "Tel Avivre" défend Kamel Daoud et le soutient en reprenant le dithyrambique billet de Mohamed Kacimi "Faut-il brûler Kamel Daoud ? ".

 

L’hebdomadaire Le Point, où le sioniste Bernard-Henri Levy y prend son aise, a publié un billet de Kamel Daoud, le 24/07/2014 dans lequel il dénonçant les rassemblements et manifestations qui se sont tenus à Paris en soutien et en solidarité à la Palestine, sachant que cet hebdomadaire voue un soutien indéfectible et constant à Israël.

 

C’est ainsi qu’il y a eu une escalade d'intérêt en France au roman de Kamal de David, "Meursault, contre-enquête". Quelques jours après son billet contre Gaza, le magazine Paris Match publie un article de Valérie Trierweiller, louant le roman nouvellement apparu. S’en suivront d’autres journaux et magazines français jusqu’à sa nomination à plusieurs prix littéraires.

 

4- Comment expliquez vous que de tels propos soient tenues par le citoyen d'un pays musulman dans sa constitution, qu'ils soient publiés et diffusés aux grands public ?

Les propos tenus par Kamal Daoud sont très grave. Ils représentent une agression envers Allah et le Coran et il s’attaque à l’entité divine sacrée. Il blesse ainsi les sentiments des musulmans et s’en prend à leur dignité. Il impute aux musulmans des qualificatifs odieux et leur attribue des caractères inhumains et déshumanisants.

 

Nous sommes dans un pays Musulman, le peuple algérien est un peuple Musulman et la société algérienne est Musulmane. Nous avons des lois et une Constitution Algérienne qui stipule que: "la religion d'Etat est l'Islam". A quoi bon donc toute cette hostilité contre la croyance, la religion et la conviction de tout un peuple.

 

Si cet homme était respectable, il ne se serait pas attaqué à la religion de 35 millions de Musulmans Algériens. Bien au contraire, il s’en prend à l'islam et les Musulmans, à l'Algérie et aux Algériens et le danger dans ses dires, c’est son appel à l'athéisme et à  la rébellion contre Dieu.  

 

5-L'Algérie est un pays Musulman qui garantit une certaine liberté de pensée. Vous considérez malgré cela que les prises de position de Kamel Daoud sont plus des provocations qu’une libre expression ?

La liberté à laquelle il se réfère, n’est pas créativité mais innovation, elle n’est pas idée mais incrédulité, elle n’est pas progrès mais régression, déclin et retour à l’ignorance. L'art et la créativité sont de l'innovation dans le côté positif et non dans le côté négatif. Il n’attaque pas uniquement la religion de la vérité et de la croyance d’un peuple musulman auquel il n’y appartient que sur papiers ; alors qu'en réalité, il se bat contre ses propres principes, son authenticité et ses valeurs religieuses et sociales. Sa liberté dont il se targue, finit là où commence celle des autres. Si ce qu'il appelle sa liberté est une guerre contre l’Islam, une guerre contre le Coran et une agression contre les valeurs musulmanes, une nation d'un milliard et demi de musulmans. Ce dépravé agresse la religion de Dieu et le peuple Algérien. Il n’aspire donc pas à la liberté mais appelle à l’usurpation des piliers de la société, à la dépravation des générations futures et à la guerre contre la société. 

 

6-Veuillez clarifier l'appel que vous avez lancé aux autorités.

L'appel que j’ai lancé est d’abord un appel et non une "fatwa", comme s’aiment à le dire certains et d’ailleurs c’est de la "fitna" ce que font Kamel Daoud et compagnie. Il est adressé au régime algérien et non aux personnes ou membres de la société. Mon appel est clair, j’appelle le régime à le punir à cause de son agression contre Allah et l'article II de la Constitution, "la religion d'Etat est l'Islam" protège les saintetés sacrées, la religion, la confession et la langue arabe dans la société. L’article protège aussi les relations honnêtes et interdit les relations illicites et pourries auxquelles appelle le dépravé Kamal Daoud.

 

Certains intellectuels francophones -non pas tous-, ceux qui ont un mauvais comportement envers l'islam et l'arabité, et certains d'entre eux qui ne sont pas d'eux, mais qui ont été attirés par cette campagne frénétique menée par la France contre l'Islam, ainsi que certains qui ont mal compris la problématique et qui ont pensé que c’était un appel de ma part à le tuer. Sachez que c’est une tentative de corruption de l’opinion publique. J’ai appelé le régime algérien à prendre à son égard la peine la plus sévère pour son cas et c’est ma demande.

 

Il dit qu'il est libre dans son expression et moi je dis que je suis libre dans la demande que j’ai faite au système de le soumettre au châtiment légal ; et ce que je dirais aux médias et à la presse, Prendre le droit dans ce cas à partir de la source et pas de chaînes étrangères et presse occidentale hostiles à l'islam et aux musulmans. Exprimer ce que l'on pense peut certes relever de la liberté de pensée, mais est-ce acceptable qu'une pensée minoritaire trouve autant d'écho et soit même publiée sur des médias. Après tout, un simple journaliste, aussi connu puisse-t-il être, n'a pas absolument raison dans ce qu'il dit et le reste des Algériens a tort, juste parce qu'il est publié.

 

7-Que pensez-vous de la portée de la condamnation à laquelle vous avez appelé ? Ne pensez-vous pas que cela pourrait rajouter du noir à (ternir) l'image de l'Islam, de donner l'occasion d'entacher l'Islam au regard de ceux qui ne connaissent pas notre religion surtout dans un contexte mondial marqué d'islamophobie et de rejet de l'Islam ?

Nous, les membres de la communauté musulmane, avons des ennemis mais aussi des amis et des alliés ; et l’Islam est une religion avec laquelle certains cohabitent tandis que d’autres combattent. Ceux qui combattent l’Islam et les Musulmans ont des soutiens de certains cercles de l’intérieur et de l’extérieur et la plupart d’entre eux sont utilisés contre notre identité et notre religion.

 

Il n’est donc pas inhabituel que de telles campagnes soient menées, s’attaquant à notre confession, offensant l’Islam et les Musulmans et leur attribuant des qualificatifs s’éloignant de la réalité et de toute objectivité.

Les limites dans l'Islam relèvent de l’autorité d’Allah, Le Miséricordieux, le Très Miséricordieux, le plus Miséricordieux des miséricordieux. C’est son autorité qui a fixé les limites et c’est le droit d’Allah sur ses serviteurs. Moi, comme Musulman, j’ai le livre d’Allah et la Sunna de son Prophète (Prière et Salut son Âme) comme référence et je n’ai nullement honte de ma religion et de la juste législation d’Allah. 

8- Que répondez-vous aux accusations de terrorisme qu'on vous porte ?

Je n’ai jamais tué personne, je n’ai jamais brûlé une institution et je ne me suis jamais pris à l’argent, l’honneur ou le sang de quelqu’un, par la grâce d’Allah. Les laïques et les athées décrivent les défenseurs de l’Islam comme des fondamentalistes, des extrémistes et des terroristes, s’en prennent à l’Islam avant de s’en prendre à moi ou à d’autres défenseurs de l’Islam. Ils s’attaquent aux lois d’Allah, à sa religion, au Saint Coran et à la Sunna du Prophète (Prières et Paix d’Allah sur son âme) et tous ceux qui s’opposent à leur lutte enragé contre l’Islam et les défenseurs de ses principes sont accusés d’être terroristes et fondamentalistes, par eux et par certains médias occidentaux biaisés à ceux qui ont la même pensée et la même conviction à l’encontre de l'Islam et des Musulmans

 

9- Si vous avez un message à passer à Kamel Daoud et à tous ceux qui partagent son idéologie, que leur diriez-vous ?

Je leur conseillerais sincèrement de se repentir et de se défaire de la pensée offensante et  blasphématoire contre l'Islam. Je les invite aussi à revenir vers leur peuple, leur identité, leur religion et vers la confession de leurs ancêtres afin qu’ils ne soient pas des marionnettes manipulables par des mains ennemies à l'Islam et qu’ils soient montés contre les fondements des Algériens, leurs principes religieux et confessionnels, leurs bases et leurs préceptes islamiques, sociétaux, intellectuels et idéologiques.

 

10- Nous vous remercions M. HAMADACHE d’avoir cordialement répondu à nos questions.

Pour conclure, je prie Allah pour que triomphe l’Islam sur l’ignorance et tous les fidèles sur les dépravés qui calomnient la communauté musulmane, qui combattent Allah et son Messager et qui s’attaquent aux fondements du peuple Algérien.

Je remercie la rédaction de votre site et qu’Allah vous bénisse.

 



Articles similaires :
Exclusif- Abdelfattah Hamadache à Où Va l'Algérie : «Kamel Daoud est instrumentalisé par l'Occident pour frapper les bases de l'Islam, de la langue arabe et de l'identité algérienne»
Ce que pensent Abdelfattah Hamadache de la récente agression sexuelle à Oran.
Christophe Dubois co-auteur de Paris-Alger une histoire passionnelle à où va l'Algérie :« Les Français ont du mal à savoir qui détient réellement le pouvoir à Alger !»

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X