Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Une riche touriste voilée intégralement priée de quitter l'Opéra Bastille à Paris
  • Publiée le : 22-10-2014
  • Article publier dans Monde
  • Lue 13094 fois

Selon Metronews, un couple de touristes du Golfe a été prié de sortir de l’Opéra Bastille en pleine représentation, en début de mois. La femme portait un niqab, ne lui laissant à découvert que les yeux. Le ministère de la Culture a envoyé des consignes pour ce type d’événement.Venu assister, le 3 octobre dernier, à une représentation de La Traviata de Verdi, le couple s’est assis au premier rang, aux places les plus chères. Mais il n’a pas pu assister à l’intégralité de la représentation.


La femme, habillée d’un niqab, «  est rentrée sans que personne ne la remarque, je ne sais pas comment  », se justifie le directeur adjoint, Jean-Philippe Thiellay, cité par Metronews. «  Je n’aime pas l’idée qu’on demande à un spectateur de sortir mais c’est la loi. En plus, nous sommes un service public  », explique-t-il au quotidien gratuit.

 

À l’entracte, plusieurs choristes, qui ont aperçu la femme au visage voilé, auraient fait part de leur volonté de ne pas poursuivre le spectacle si la touriste ne se conformait pas à la loi. Depuis avril 2011, se dissimuler le visage dans l’espace public peut être sanctionné par une amende de 150 euros et l’obligation de suivre un stage de citoyenneté.Selon un syndicaliste, un agent préposé à leur rappeler la loi «  n’a pas pu parler directement à la femme concernée mais uniquement à son mari  ». Celui-ci a finalement décidé de partir «  sans provocation  » ni demande de remboursement.

 

Ce que dit la loi

Les agents chargés d’un service public peuvent «  refuser l’accès au service à toute personne dont le visage est dissimulé », détaille la circulaire de 3 mars 2011. Si la personne est déjà dans la salle, comme c’était le cas de cette spectatrice, «  il est recommandé aux agents de lui rappeler la réglementation applicable et de l’inviter au respect de la loi, en se découvrant ou en quittant les lieux », explique le décret.« En revanche, la loi ne confère en aucun cas à un agent le pouvoir de contraindre une personne à se découvrir ou à sortir », d’après le texte. Les agents doivent faire appel à la police ou la gendarmerie nationale. La dissimulation du visage dans l’espace public est passible d’un an d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende.



Articles similaires :
Iran : l'émouvante dernière lettre d'une jeune femme pendue
A cinq ans, il devient un expert certifié Microsoft
Turquie : un professeur condamné à 2 ans de prison pour avoir refusé une étudiante voilée

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X