Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Said Bouteflika nous a donné sa bénédiction et nous a demandé de s’activer sur le terrain
  • Publiée le : 27-09-2017
  • Article publier dans News
  • Lue 15278 fois

“Le Club des Amis du Docteur Saïd Bouteflika” n’est pas une initiative politique. C’est un projet académique, culturel et social, a révélé lundi soir à Algériepart, le fondateur de ce cercle qui fait un énorme buzz sur internet et suscite de nombreuses interrogations en Algérie.


Abdelkader Zergui est un commerçant originaire de Sidi Bel-Abbès et militant du FLN. Il a décidé de fonder ce club après avoir consulté le frère et conseiller influent du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. “Je n’ai jamais lancé cette initiative sans l’accord préalable du docteur Saïd Bouteflika. Je l’ai rencontré personnellement et il m’a donné sa bénédiction en m’assurant de son soutien”, confie Abdelkader Zergui à Algériepart. “Il nous a même demandé de s’activer sur le terrain car ce projet lui a vraiment beaucoup plu”, certifie notre interlocuteur selon lequel ce Club vise, d’abord, à rassembler les universitaires et académiciens dans le but d’organiser des activités scientifiques qui seront placées sous l’égide de Saïd Bouteflika.

 

“Nous avons choisi la personne du frère du Président pour lui rendre hommage et lui témoigner notre gratitude. C’est une personnalité connue pour son patriotisme et sa perspicacité. Il a accompagné notre Président dans toutes les étapes de son parcours”, argue encore Abdelkader Zergui selon lequel en 24 heures seulement, pas moins de “800 universitaires algériens de haut niveau ont rejoint notre club”. Et un nombre incalculable de personnes ont appelé de toute l’Algérie et de l’étranger pour “faire part de leur intérêt concernant notre initiative”, se targue-t-il.

 

Mais ce “club” est-il réellement étranger à toute considération politique ? Abdelkader Zergui jure qu’il n’est nullement question de “militer pour les ambitions politiques de Saïd Bouteflika”. Mais si ce dernier veut se présenter à l’élection présidentielle de 2019 ? “Nous le suivrons jusqu’au bout car nous avons foi en lui”, nuance rapidement notre interlocuteur qui atteste ne pas avoir touché aucun sou de l’Etat pour financer les activités de ce club. “Je finance tout avec mon propre argent”, certifie Abdelkader Zergui qui prévoit d’organiser de nombreux événements dans le cadre de ce club dans les semaines à venir.



Articles similaires :
L’entraîneur de Lyon conseille au franco-algérien Fekir de choisir la France
Enseignement : Le Français est obligatoire pendant que le Tamazight est facultatif
Crash de l’avion d’Air Algérie au Mali La justice française refuse de remettre les prélèvements à l’Algérie

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X