Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Suède: une styliste crée un hijab pour les policières musulmanes
  • Publiée le : 13-10-2017
  • Article publier dans News
  • Lue 7024 fois

Objet de controverses passionnelles, l’intégration du voile dans la police suédoise n’a pas été sans susciter des joutes oratoires houleuses en 2011, exacerbant des tensions qui, loin de réfréner la créativité de Iman Adelbe, une styliste d’origine jordanienne, l’ont au contraire formidablement stimulée.

 

Alors que le blizzard de la polémique soufflait, au pays des fjords, sur les têtes voilées de ses coreligionnaires entrées dans l’institution policière par vocation, Iman Aldebe, réfugiée dans son atelier de couture, a réussi à donner libre cours à son expression artistique, faisant naître sous ses doigts de fée une ligne de hijabs, sobre et élégante, conçue sur mesure pour les musulmanes en uniforme.

 

Qu’elles aient rejoint les rangs de la police, de l’armée, voire des sapeurs-pompiers, avec une motivation renforcée à l’épreuve du terrain, par des préjugés tenaces qui ont inévitablement jalonné leur parcours, la poignée de femmes musulmanes agents ou officiers de police, militaires, ou encore muées en combattantes du feu furent alors autorisées à revêtir le couvre-chef islamique qu’elles devaient au talent et à l’opiniâtreté de Iman Adelbe.

 

Accueillie avec enthousiasme par ses égéries ayant une haute idée de leur mission de maintien de l’ordre public, et plus froidement par les farouches opposants au voile qui crièrent aussitôt à « l’islamisation de la Suède », sa collection de hijabs ne poursuivait qu’un seul objectif, plus louable que séditieux : encourager l’autonomisation des femmes musulmanes en général, et de celles attirées par ces « métiers d’hommes » en particulier, en apaisant leurs tourments face à un cruel dilemme.

 

Si elle se réjouit que le voile, confectionné par ses soins il y a six ans de cela, rehausse toujours l’uniforme des quelques policières musulmanes qui n’ont pas renoncé à le porter, Iman Aldebe veut croire qu’il contribuera, lentement mais sûrement, à conférer une image « plus positive », débarrassée des noirs fantasmes, à l’ensemble des citoyennes suédoises de confession musulmane.



Articles similaires :
Une rencontre sportive de «fraternité» à la frontière algérienne : la nouvelle filouterie marocaine
Atterrissage catastrophique d’un avion d’Air Algérie à Oran
Paris déconseille les déplacements le long du sud de la frontière marocaine avec l’Algérie

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X