Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Quand Souileh et l’inspecteur Tahar rapprochent l’Algérie et le Maroc (Vidéo)
  • Publiée le : 23-10-2017
  • Article publier dans News
  • Lue 9638 fois

Au moment où les relations entre le Maroc et l’Algérie sont au plus bas notamment dans le domaine diplomatique et médiatique, la culture et plus précisément le cinéma est l’un des espaces où les marocains et les algériens se retrouvent en toute fraternité et amitié. 


Le meilleur exemple de cette fraternité entre marocains et algériens, c’est cet extrait du film marocain « Mon oncle », du réalisateur Nassim Abbassi, qui a inséré dans une histoire marocaine un personnage très célèbre du cinéma algérien « l’inspecteur Tahar » et cela juste  pour parler de l’Union du grand Maghreb. 


Le réalisateur va encore plus loin, en offrant le rôle à l’un des comédiens les plus célèbres en Algérie Souileh, (Salah Ougrout). Le résultat est édifiant, puisque Souileh a, comme à son habitude, réussi cette épreuve avec bio. Le réalisateur a voulu à travers cette scène faire un clin d’œil au film de Moussa Haddad et au comédien le plus populaire dans le Maghreb Hadj Abderahmane. Dans la scène on parle de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie et sous entend qu’en tant que voisin on ne se connait pas. Un message fort pour le rapprochement entre les pays maghrébins et surtout la relance du Grand Maghreb Arabe.     


C’est en regardant une vidéo que j’ai posté sur mon compte Facebook, alors que je cherchais des comédiens pour jouer le rôle dans la série « le fils de l’inspecteur Tahar », que le jeune réalisateur marocain Nassim Abbasi, qui connaît assez bien le cinéma algérien, a eu l’idée de recruter Souileh pour interpréter ce personnage. Il avait découvert Souileh dans une vidéo que j’avais posté.   


Selon le réalisateur, certains professionnels marocains qui ont découvert le film dans les salles, ont contacté le réalisateur et l’ont remercié d’avoir mis cette belle surprise dans le film, en attendant de voir le film en Algérie.              

Salim AGGAR




Articles similaires :
La chronique de Hafid Derradji. L’État est menacé !
La France ne remettra jamais à l’Algérie des archives qui « lui font tort »
Tension au Val d’Hydra : Opération de déménagement des familles et des commerçants

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X