Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Aymen, un sans-papier, avait sauvé des enfants mais va se faire expulser
  • Publiée le : 05-06-2018
  • Article publier dans News
  • Lue 3464 fois

Nous sommes le 10 avril 2015, Il est 20 h 45 quand une mère crie « Mes enfants ! Mes enfants ! ». 
Sa cuisine est en feu à cause d’une casserole abandonnée sur la cuisinière.



C’est alors qu’ Aymen, avec deux amis, ont rapidement porté secours à deux jeunes enfants piégés dans l’incendie.

Ayman se souvient :

Nous sommes montés tout de suite pour chercher les enfants. Nous les avons trouvés tout de suite, dans la chambre. Ils étaient restés ensemble

Ils ont sauvé deux garçons alors âgé de 19 mois et 4 ans. Les trois héros ont ensuite quitté discrètement les lieux.

C’est un appel de la maman qui permet de les retrouver et le maire de la commune, Pierre Barros, leur remettra la médaille de la ville pour « acte de bravoure »

Seulement, Aymen, est un sans-papiers de 25 ans, et il est sous le coup d’un refus de séjour assorti d’une obligation de quitter le territoire français.

Son avocat conteste la décision du Préfet du Val d’Oise :

Je lance un appel au président de la République afin d’être reçue et pour qu’il m’explique comment hiérarchiser les actes de bravoure. Faut-il considérer que sauver un bébé en escaladant un immeuble est plus héroïque que braver les flammes pour sauver deux enfants ? Quelle malchance de ne pas avoir été filmé !

L’avocate fait référence à Mamoudou Gassama, surnommé « Spider-Man » pour avoir escaladé un immeuble parisien afin de sauver un enfant.

La Préfecture du Val d’Oise affirme :

S’il est confirmé que ce jeune homme a sauvé des enfants, bien entendu nous allons réexaminer son dossier et suspendre l’ Obligation de Quitter le Territoire Français. Nous allons prendre le temps nécessaire pour déterminer l’intervention et le rôle qu’il a eu.

 



Articles similaires :
Le président Bouteflika se recueille au cimetière d'El Alia à la mémoire des martyrs de la guerre de libération nationale
De quel droit M. le Wali ?
Un cadre du FLN : «Amar Saïdani est en contact permanent avec les services secrets français»

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X