Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Affaires de corruption liées à l’autoroute Est-Ouest : le groupe japonais Kojal menace de divulguer ses preuves
  • Publiée le : 13-06-2018
  • Article publier dans News
  • Lue 13452 fois

Le feuilleton des scandales de l’autoroute Est-Ouest revient cet été, avec un ancien acteur qui refait son apparition sur la scène. Il s’agit du groupe japonais Kojal, chargé de la réalisation des travaux sur 87 km à El Taref, qui menace de divulguer des preuves accablant le ministère des Travaux publics géré à l’époque par l’ex-ministre et actuel sénateur Amar Ghoul.


Les japonais qui réclament depuis plusieurs années un montant de 84 milliards de dinars aux autorités algériennes ont durci le ton ces derniers temps et menacent de porter l’affaire devant les tribunaux internationaux. Ils affirment avoir à leur disposition des preuves tangibles sur l’implication de hauts responsables du ministère des Travaux publics dans le détournement de ce montant en faveur d’entreprises et de personnes haut placées.

 

Le journal El Khabar qui a révélé cette information affirme que les autorités algériennes « auraient acceptés un arrangement à l’amiable avec l’entreprise japonaise pour éviter l’éclatement de cette affaire. »

Pour sa part, l’entreprise chinoise SINIC qui a repris le projet a, affirme la même source, exigé des autorités algériennes le versement du même montant pour la réalisation du projet en question à condition de ne pas s’ingérer dans le cours des travaux.

A.B.



Articles similaires :
Les relations entre la France et l'Algérie sont à leur meilleur niveau (Fabius)
Des drones auraient survolé la présidence et le MDN
Macron répond à Le Pen : «Rassurez-vous, nous ne transférerons pas de technologie à l’Algérie !»

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X