Maroc : le destin brisé d’Ayoub Mabrouk, champion de kick-boxing, mort noyé avec 22 autres migrants
  • Publiée le : 11-01-2019
  • Article publier dans News
  • Lue 3442 fois

A Salé, au Maroc, c’est toute une ville qui porte le deuil du regretté Ayoub Mabrouk, 21 ans, l’enfant du pays si attachant qui rêvait d’un ailleurs, de l’autre côté de la méditerranée.


Famille, proches, amis, voisins, ou encore concitoyens et admirateurs, tous sont inconsolables et pleurent la perte cruelle d’un extraordinaire gladiateur des rings, mort noyé pour s’être accroché désespérément à son rêve, à sa quête d’une vie meilleure.


Arraché brutalement aux siens à l’âge de tous les possibles, le beau sourire qui illuminait le visage de ce grand champion de kick-boxing, titulaire de trois titres nationaux, s’est éteint à jamais, au début du mois de novembre, près de la plage de Barbate, dans la province de Cadix. Avec lui, 22 autres migrants marocains, embarqués dans la même périlleuse galère de la clandestinité, ont péri dans les flots.


Alors que sa dépouille a été la dernière à être rapatriée vers sa terre natale, le vice-président du conseil de la ville de Salé, Abdellatif Soudou, a révélé sur Facebook avec une immense tristesse qu’ils « avaient été victimes d’un réseau d’immigration clandestine ».


Profondément affecté par la fin tragique de son élève, Noureddine Belmalha, le président de l’Association Al Khouloud pour le sport et la culture, peut difficilement retenir ses larmes à l’évocation de celui qu’il considérait comme son « fils », voire même « plus qu’un fils ». « Une grande foule a assisté à ses funérailles. Il était très apprécié… Je ne sais pas quoi vous dire… Ce n’était pas un élève, pour moi, il était plus qu’un fils », a-t-il déclaré, accablé de chagrin, au HuffPost Maroc.


« Il m’avait confié qu’il voulait partir pour améliorer ses conditions de vie, réaliser son rêve d’être un grand sportif », s’est-il souvenu, la voix étranglée par l’émotion, à l’heure où les hommages posthumes se multiplient pour saluer la mémoire de l’espoir du sport marocain fauché en pleine jeunesse.


Le destin d’Ayoub Mabrouk s’est brisé en pleine mer, sur le récif d’un exil idéalisé, alors qu’il venait de décrocher son baccalauréat et d’entamer un cursus universitaire. L’étoile montante du kick-boxing ne brillera plus au firmament de sa discipline, mais dans le ciel constellé d’étoiles brillantes.

 



Articles similaires :
Un Algérien qui voulait rallier Daech arrêté au Maroc
L'Algérie prendra-t-elle part à une réunion de la coalition contre Daech prévue au Maroc ?
Des passagers algériens passent la nuit à l'aéroport tandis que les passagers étrangers sont logés à l'hôtel

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X