Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Egypte: Une actrice algérienne accusée de blanchiment de 2 millions de dollars de Chakib Khelil et sa femme
  • Publiée le : 24-10-2014
  • Article publier dans News
  • Lue 11259 fois

Le parquet général en Egypte a ordonné la mise sous séquestre et le gel des avoirs d’une actrice algérienne Sarah Bassam avec interdiction de sortie du territoire, rapporte le journal égyptien Al-Youm Assabaa qui cite abondement un procès-verbal de la justice.L’actrice, qui a également la nationalité française, est établie en Egypte depuis 2007.

 

Elle est accusée de complicité de blanchiment de fonds pour le compte de Chakib KhelIl et de son épouse.Ce seraient des informations sur des mouvements de fonds suspects parvenues au général Mohssen Al-Yemani, Directeur général de l’inspection en charge de la lutte contre les opérations de blanchiment au ministère de l’intérieur, qui ont enclenché l’enquête.Celle-ci a révélé l’existence de transferts de fonds d’un montant de 2 millions de dollars sur le compte de Meriem Hussein Bassam, alias Sarah Bassam.


Selon le journal, l’enquête menée avec la collaboration d’Interpol Egypte, a confirmé que les fonds venaient d’une société off-shore « appartenant à Chakib Khelil, ministre de l’énergie algérien entre 1999 et 2000, faisant l’objet ainsi que son épouse palestinienne Nadjat Khelil, d’un mandat d’arrêt international… ».Le journal, qui reproduit le contenu du PV indique que l’actrice Sarah Bassam avait connaissance des accusations pesant sur Chakib Khelil avec qui elle a « un lien de parenté ».L’actrice en « recevant ces transferts de fonds provenant de crimes… est devenue complice de dissimulation et de maquillage de la nature de ces fonds en utilisant sa qualité d’actrice de cinéma pour prétendre que les biens immobiliers et mobiliers sont le fruit de son travail ».

 

Selon le journal, la coordination avec l’unité de lutte contre le blanchiment au niveau de la Banque Centrale Egyptienne (BCE) a permis d’identifier sa « méthode » pour laver l’argent sale.Elle a ainsi acheté une villa de 1100 m2 pour la somme de 4 millions de Livres (LE), a pris option dans l’achat d’une villa dans le projet de Hyde Park au Caire pour une valeur de 3 millions de LE. Elle a également fait un dépôt de 3 millions de LE dans une banque et acquis des voitures et un appartement pour 600 millions de LE.

source: huffpostmaghreb



Articles similaires :
Israël va installer du matériel de surveillance sophistiqué à la frontière marocaine avec l'Algérie
Air Algérie déclare la guerre à Royal Air Maroc
De faux employés dans les consulats d'Algérie de France où les chaînes commencent à 3 heures du matin

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X