Enseignement : Le Français est obligatoire pendant que le Tamazight est facultatif
  • Publiée le : 14-11-2014
  • Article publier dans News
  • Lue 4571 fois

Le Haut-Commissariat à l’Amazighité (HCA) a, une nouvelle fois, tiré la sonnette d’alarme quant au danger qui guette l’enseignement de Tamazight dans l’école algérienne par le maintien du caractère optionnel pour les élèves.


 Cela constitue une  entrave à la généralisation de cette langue à toutes les wilayas du pays, selon le secrétaire général du HCA, El Hachemi Assad qui s’exprimait au cours d’un point de presse, organisé en marge du 9eme salon du livre et du multimédia amazighs à Bouira.


Pour lui, « l’option facultative entrave sérieusement la généralisation de l’enseignement de Tamazight à toutes les wilayas du pays » tout en plaidant pour la tenue d’assises et de rencontres avec le ministère de l’Education ainsi qu’avec d’autres partenaires en vue de trouver des solutions aux différentes problèmes qui freinent le processus de la généralisation de cette langue à travers le pays.Il aussi indiqué que la langue étrangère, le Français est obligatoire dès le cycle primaire contrairement au Tamazight dont les élèves ont droit d’être dispensés. Cet état de fait a été dénoncé à maintes reprises par l’association des enseignants du Tamazight et des étudiants inscrits dans cette même langue.

 

Et  le SG du HCA de relever qu’ »actuellement Tamazight n’est enseignée que dans 11 wilayas » tout en exprimant le souhait d’atteindre les 24 dans deux ou trois années ».A ce propos, El Hachemi Assad a indiqué que « le HCA prévoit de se réunir prochainement avec les directeurs de l’Education des 48 wilayas du pays en vue de discuter des différentes contraintes et des solutions à apporter pour le renforcement de l’enseignement de Tamazight ».

source: algerie1



Articles similaires :
Frontières algéro-libyennes: 7 terroristes mis hors d’état de nuire et saisie de roquettes
Algeriepatriotique publie le contrat d’achat par Saïdani de son appartement à Neuilly-sur-Seine
Ali Haddad à l’issue de son élection «Je suis blindé, je n’ai peur de personne»

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X