Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


L'assassinat de Boudiaf ...
  • Publiée le : 25-03-2015
  • Article publier dans Politique
  • Lue 4742 fois

Dès le lendemain de l'assassinat du président Boudiaf, des incohérences ont commencé à apparaître dans la version de sa mort avancée par les généraux janviériste.

 

Pour les connaisseurs des arcanes de pouvoir, il était clair que Boudiaf avait été victime d'un "complot ourdi" par ceux-là mêmes qui l'avaient ramené de son exil marocain six mois auparavant pour le mettre à la tête de l'Etat.

 

Les généraux étaient convaincus que sa méconnaissance des rouages du pouvoir en ferait un président fantoche, qui avaliserait sans discuter tous leurs actes et décisions.

 

Or, malgré son éloignement durant de très longues années de la scène politique algérienne, Mohamed Boudiaf avait très rapidement compris le rôle que l'on voulait lui faire jouer.

 

Et il chercha à assumer pleinement la fonction de président, ce qui déplut fortement à ces "faiseurs de rois".

 

L'une de ses initiatives phares fut de déclencher, en dehors de tout circuit officiel de façon à les maintenir hors jeu, des enquêtes sur les réseaux de corruption dirigés par ces généraux et sur les fortunes qu'ils avaient constituées pendant les années Chadli.

 

Il avait ainsi signé son arrêt de mort.I apparaîtra effectivement plus tard, notamment avec les témoignages d'officiers déserteurs de l'armée, que ce qui n'était alors qu'un soupçon était la réalité : l'assassinat a bel et bien été commandité par les généraux janviéristes.

 

Larbi Belkheir et Khaled Nezzar avaient convaincu le groupe de la nécessité de se débarrasser, de manière violente, de ce président qui voulait les empêcher de se partager la rente pétrolière.

 

Le général Smain Lamari, numéro deux du DRS et exécuteur des basses besognes, a été celui qui a armé le bras du tueur, celui qui a programmé toute l'opération et mis au point son déroulement dans ses moindres détails.

 

Il a été assisté et couvert par son supérieur hiérarchique, le général Mohamed "Toufik" Médiène.extrait du livre de Hocine Malti "Histoire secrète du pétrole algérien" éditions la découverte.



Articles similaires :
En Algérie, la bataille de l’après-Bouteflika a commencé
Eric Zemmour, placé sous la protection de 3 policiers, doit désormais limiter tous ses déplacements en raison des menaces
Affaire Saipem -Sonatrach: la justice italienne innocente Chekib Khelil

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X