Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


Aïn Témouchent: le chiisme se propage sans répit
  • Publiée le : 24-10-2014
  • Article publier dans Sociétés
  • Lue 37031 fois

Des rapports sur la présence chiite en Algérie ont dévoilé la vive propagation des sectes religieuses d’obédience chiite dans quelques régions algériennes. En effet, les autorités algériennes ont soupçonné que lesdites sectes s’adonnent à des campagnes de prosélytisme en faveur d’une troisième partie étrangère, qui contribue à la vive propagation de ce courant religieux.


La montée en puissance du «clan» chiite à Oran, à l’instar de toutes les wilayas du pays, puisqu'on entend souvent parler de certains groupes tentés par les pratiques de la communauté chiite, alors que cela est étranger à la société algérienne.Lors d’une virée effectuée au centre de la ville d’Aïn Témouchent, l’un des chiites a accepté de nous dévoiler quelques informations en ayant requis l’anonymat total. Notre interlocuteur n’a pas caché qu'il admire l’Imam Khoumeïni,le leader de la Révolution iranienne en 1979 contre le régime du Shah.

 

Notre source n’a pas hésité à dévoiler qu’une grande partie d’intellectuels et des hauts placés suivent la secte chiite. Il nous a affirmé que la communauté chiite dans ladite wilaya a renforcé sa présence pendant les trois années précédentes, chose indiquée à travers leurs idées ainsi leur style vestimentaire, chose qui a été traitée par Echorouk dans la journée du lundi qui coïncide avec la fête d’Achoura. Achoura est célébrée le 10e jour de Mouharram. Cette fête du calendrier islamique, mineure pour les sunnites, revêt une importance majeure chez les chiites. Ces derniers commémorent le martyre de leur prophète, l'imam Hussein, avec des prières et des autoflagélations.

 

Le 10 Muharram de l’an 680 de l’ère chrétienne, Hussein, petit-fils du Prophète et fils de Ali Ibnou Abi Talib, quatrième calife de l’islam, marche sur l’Irak, pour faire valoir ses droits à la succession califale, ouverte après l’assassinat de son père, imputée aux Omeyyades. Hussein fut, selon la tradition, décapité et son corps mutilé. Il est enterré à l’endroit même où il mourut, et Karbala est aujourd’hui un grand centre de pèlerinage chiite. Notre source a ajouté que la période de deuil proprement dite dure depuis le premier jour de Moharram jusqu’à  la fin du mois de Safar, ou  les fidèles sont vêtus de noir en signe de tristesse et de remord pour le martyre de Hussein Ibn Ali. Ces pratiques dangereuses inquiètent les autorités qui ont tiré la sonnette d’alarme contre la propagation de quelques idées qui  glorifient l’Imam Ali au détriment des autres Sahabas et portent atteinte à Oum El Mouminine, Aïcha.

 

Argent et sexe… nouvelle tentation

Notre source a notamment avancé que la plupart des chiites dans ladite wilaya sont des personnes âgées, chose qui indique la disparition de cette doctrine. Par contre, certain réseau actif à l’Ouest du pays ciblent les jeunes, en particulier les chômeurs et les charment avec de l’argent et du sexe.En effet, les réseaux de prostitution demeurent la seule solution pour faire propager le chiisme. Pour eux, l’adultère  est interdit en un seul cas, seulement si la femme est mariée.



Articles similaires :
Les corps des harraga entassés dans les morgues italiennes !
Des additifs alimentaires extraits de scarabées inondent nos marchés !
Attaque terroriste contre des travailleurs chinois et turcs à Bouira contrée par les gendarmes algériens

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X