Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player


Obtenir le lecteur Adobe Flash


17 octobre 1961: une répression particulièrement violente occultée par les médias français
  • Publiée le : 17-10-2017
  • Article publier dans Sociétés
  • Lue 6181 fois

La répression particulièrement violente de centaines d'Algériens lors de la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris, a été occultée par les médias français, a regretté Mohamed Tahar Bensaada, directeur général de l'institut Frantz Fanon, un centre d'études politiques et stratégiques pour la paix et le développement basé à Bruxelles.


Lors d'une conférence-débat organisée lundi au siège du Consulat-général d'Algérie à Bruxelles à l'occasion du 55ème anniversaire des massacres du 17 octobre 1961, M. Bensaada a déploré "la négation" de ces massacres et "l'indifférence presque totale" de la presse et de toute la société française à l'égard de ces événements.


Selon ce chercheur, l’Etat français s’est employé  à recouvrir les massacres du 17 octobre 1961 du "voile de l’amnésie", reprochant à la presse française de l'époque d'avoir "dissimuler la vérité".

 

"Seul le journal ‘Libération’, un quotidien issu de la résistance française, a écrit sur les évènements du 17 octobre 1961 et de la répression policière qui s'en est suivie", a-t-il indiqué.

 

A quelques mois de la fin de la guerre d'Algérie, le 17 octobre 1961, Paris a été le théâtre d'un des plus grands massacres de manifestants pacifiques dans l'histoire contemporaine de l'Europe occidentale. Ce jour-là, des dizaines de milliers d'Algériens, répondant à l'appel de la Fédération de France du FLN, manifestaient contre le couvre-feu qui les  vise depuis le 5 octobre et la répression organisée par le préfet de police de la Seine, Maurice Papon.

 

La manifestation devait être pacifique et les militants du FLN ne voulaient pas donner de prétexte permettant à la police de justifier une répression.


Mais, la réponse de la police française a été extrêmement violente. Outre l’internement de milliers de manifestants et l’expulsion de centaines d’entre eux, plusieurs centaines d'Algériens sont portés disparus û nombre d’entre eux ont été exécutés  et jetés dans la Seine, alors que des négociations s'ouvraient entre les autorités françaises et le Gouvernement  provisoire de la République algérienne (GPRA).

 

"L'enjeu en 1961 était le statut du futur Etat indépendant. Les autorités françaises voulaient faire de l'Algérie un Etat associé à la France", a-t-il indiqué, expliquant que les massacres du 17 octobre 1961 étaient destinés à "faire éloigner la perspective de l'indépendance", notamment par l'Organisation de l'armée secrète (OAS) qui a tenté de contrecarrer le  processus de négociation qui allait aboutir à l'indépendance de l'Algérie.

 

"En dépit de cette violence, le FLN n'est pas tombé dans le piège et décida de poursuivre les négociations et de mener un combat ciblé", a-t-il ajouté, rendant hommage au "génie" des architectes de la révolution et du futur Etat indépendant qui ont "su mobiliser toutes les ressources" pour que la cause algérienne enregistre des succès "retentissants".

 

Par ailleurs, le directeur général de l'institut Frantz Fanon a salué le soutien apporté par de nombreux belges à la cause algérienne, regrettant néanmoins que la Belgique ait été devenue, au début des années 1960, "une base arrière" de l'OAS dont les membres ont su profiter d'une convention entre ce pays et la France qui interdisait l'expulsion de personnes pour des délits politiques.

 



Articles similaires :
DES COMPLEXES TOURISTIQUES CHANGENT DE VOCATION Les nids de débauches à Oran
Près de 19% des jeunes entre 16 et 25 ans accrocs à la «chicha»
SIDI EL BACHIR (ORAN) : Un faux ‘’raki’’ soutire 1,5 milliard à deux victimes

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X