Corruption: Chakib Khelil a bien touché des pots-de-vin, selon le tribunal de Milan
  • Publiée le : 27-12-2018
  • Article publier dans Sociétés
  • Lue 3832 fois

Le tribunal de Milan a confirmé l’implication de l’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil, dans l’affaire des pots-de-vins versés par la société pétrolière Saipem. Selon l’agence Reuters Italie, citant les juges du même tribunal, “des pots-de-vin à hauteur de 3% de la valeur des contrats de Saipem ont été attribués selon un accord conclu entre Chakib Khelil et Pietro Tali, ex-DG de la compagnie italienne, entre 2007 et 2010.


La justice italienne a confirmé le verdict rendu le 17 décembre dernier, condamnant Saipem et certains de ses dirigeants citant nommément l’ancien ministre de l’Energie dans le verdict de l’affaire.

 

Reuters Italie explique que les juges du tribunal de Milan ont rappelé que l’une des filiales du groupe ENI, Saipem, était “au courant et a pris une part active dans le décaissement des pots-de-vin versés pour décrocher des contrats pétroliers en Algérie”. 


Il s’agit d’un paiement de 197 millions d’euros de pots-de-vins pour obtenir des contrats à 8 milliards au profit de Saipem. D’autres pots-de-vins, destinées à  autoriser ENI à acheter la compagnie canadienne Firs Calgary Petroleums, qui était propriétaire de droits d’exploitation d’un champ dans le Sahara algérien, ont également été versés.

 

La même source rappelle que Pietro Tali, ex-DG de cette filiale, a été condamné en septembre à 4 ans et 9 mois de prison pour corruption internationale. La société, elle, a été condamnée à une amende de 400.000 euros et une confiscation de 197.9 millions d’euros. 


Le tribunal de Milan, rapporte encore Reuters, poursuit que l”’unique accord correctif conclu par Tali avec Khelil, a été suivi par l’attribution de pots-de-vins comme convenu à hauteur de 3% de la valeur des contrats accordés à Saipem”.

 

Les juges confirment ainsi que l’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil, a bel et bien touché des pots-de-vins, rajoutant que Saipem n’aurait pas effectué “les contrôles appropriés sur les intermédiaires” dans le cadre de la passation des marchés du gaz algérien.

 



Articles similaires :
Tentatives de fermeture des débits de boissons, Gesticulations intégristes et passivité suspecte
46 présumées prostituées interpellées à Tichy
Une jeune maman de Jijel met au monde des quadruplés

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X