Le ministre du Commerce ordonne le retrait «immédiat» de l’eau minérale Texenna
  • Publiée le : 13-01-2019
  • Article publier dans Sociétés
  • Lue 4933 fois

Par R. Mahmoudi – Le ministère du Commerce a ordonné le retrait immédiat de l’eau minérale Texenna, jugée impropre à la consommation, et a enjoint à l’ensemble des directions régionales de rendre compte de l’opération de retrait.


Selon des sources concordantes, la décision du ministère du Commerce se base sur des analyses de laboratoires effectuées par des agents de contrôle et ayant montré que l’eau minérale labellisée Texenna «constitue un danger pour la santé du consommateur».


Par mesure de précaution, les services du ministère ont ordonné le retrait du produit au motif que celui-ci «n’était pas conforme aux exigences de sécurité et d’hygiène, conformément au décret exécutif n° 03/09».


Selon les mêmes sources, les tests bactériologiques et physico-chimiques effectués sur tous les éléments minéraux composant cette eau minérale ont montré qu’ils contenaient des corps étrangers visibles à l’œil nu. Les tests n’ont pu identifier la nature de ces corps mais certifient qu’ils sont nocifs pour la santé du consommateur.


Selon le quotidien Ennahar, la direction de la Planification et du contrôle a alerté, depuis une semaine, les directions régionales dans les wilayas d’Alger, Oran, Annaba, Saïda, Ouargla, Béchar et Chlef par une correspondance accompagnée d’une copie des tests de laboratoires. Le ministère a focalisé sa campagne de sensibilisation dans les régions de l’est du pays du fait que l’eau minérale Texenna est produite dans la ville éponyme, relevant de la wilaya de Jijel.


A noter que, dans un avis rendu public le 18 décembre 2018, le bureau d’hygiène de l’APC de Texenna avait mis en garde les citoyens contre la consommation du lot numéro 310 de l’eau minérale portant le label Texenna, produit en date du 6 novembre 2018, au motif qu’il était «impropre à la consommation».


Les services de cette APC avaient prévenu ainsi contre les risques d’atteinte de maladies transmissibles par l’eau mais n’ont pas précisé, toutefois, si le lot en question était largement distribué à l’échelle des autres communes de cette wilaya ou des autres wilayas du pays.

R. M.

 



Articles similaires :
Plongée dans les lieux de débauche annabis : Les « favelas »à l’algérienne
Ils souhaitent etudier en France : 17 000 candidats Algériens par an
Sidi Bel Abbès, Arrestation de 4 cambrioleurs, dont un Marocain

Vos commentaires :

Pour ou contre la peine de mort




X