Joseph Ged, directeur général de Ooredoo, “Nous voulons ramener Messi en Algérie”
  • publiée le : 03-12-2014
  • Article publier dans Interview
  • Lue 4722 fois

En marge de la rencontre entre le DG de Ooredoo et les présidents des clubs sponsorisés par l’opérateur de téléphonie mobile, qui a eu lieu au Parc des Princes, Liberté s’est rapproché de Joseph Ged pour un flash-back sur l’expérience avec les Verts et les projets pour l’avenir.

 

Liberté : M. Ged, quel souvenir gardez-vous de votre partenariat entre 2009 et 2014 avec la FAF et l’équipe nationale de football ?
Joseph Ged :
 C’était une expérience formidable que nous avons partagée avec trente millions d’Algériens. Nedjma avait initié ce partenariat puis Ooredoo a pris le relais, mais c’est la même société algérienne, avec l’ADN algérien qui est toujours resté aux côtés des Verts. C’était une expérience exceptionnelle avec un parcours historique couronné de deux qualifications en Coupe du monde et surtout un passage au second tour pour la première fois dans l’histoire du football algérien. Nedjma a accompagné donc les Verts en 2010 en Afrique du Sud, et Ooredoo en 2014 au Brésil.

 

Pour nous, ce sont des souvenirs inoubliables qui ne se répéteront peut-être jamais. Mais nul ne peut effacer ces moments mémorables. C’est une belle histoire qui est restée dans le cœur des Algériens, tout comme Nedjma qui est également restée dans le cœur des Algériens. Les images d’Omdurman, la qualification au second tour du Mondial et le match contre l’Allemagne resteront gravés dans les mémoires. Nous devons cette victoire d’abord aux joueurs, aux staffs techniques, aux dirigeants de la FAF et aux dirigeants politiques, à commencer par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Pour leur part, Nedjma et Ooredoo ont contribué modestement à cet essor du football algérien.

 

Donc vous revendiquez une part de réussite des Verts ?
Non, nous ne revendiquons rien, la gloire et le mérite reviennent aux joueurs, au staff technique, à la FAF et a l’Etat algérien. Pour notre part, nous avons plus vécu cette expérience. Nous avons contribué, d’une façon très minime et très modeste, sur le plan émotionnel et de la communication. En fait, tous les Algériens qui ont vibré avec les Verts doivent revendiquer aujourd’hui cette victoire. Je dirais aussi que tout le monde arabe est fier de cette sélection algérienne.

 

Vous abordez le sujet avec une pointe d’émotion, est-ce que, aujourd’hui, vous avez des regrets après la fin du contrat avec la FAF ?
Non, pas du tout, nous sommes fiers de ce que nous avons entrepris avec l’équipe nationale d’Algérie, nous avons bien commencé et nous avons fini avec gloire.

 

Vous auriez aimé tout de même que cette collaboration se poursuive, n’est-ce pas ?
R. Aimer c’est à part, alors que je pense qu’aujourd’hui c’est la réalité qui guide nos projets. Nous souhaitons bonne chance à l’équipe nationale et une bonne continuité, notamment en perspective de la CAN 2015. L’EN restera dans le cœur de tous les employés d’Ooredoo. En fait, aujourd’hui Ooredoo passe du statut du premier partenaire de l’EN au statut de premier supporter. Nous restons donc derrière et avec cette équipe.

 

Avec l’ambition aussi peut-être de revenir un jour comme partenaire de l’EN ?
Il faut savoir avancer dans la vie. Les Algériens se rappellent très bien qu’en mars 2009, le partenariat entre Nedjma et l’EN avait commencé dans des conditions spécifiques, puis on a vu le résultat.

 

Peut-on aujourd’hui connaître l’investissement chiffré global de Ooredoo dans ce partenariat avec la FAF ?
Permettez-moi d’abord de préciser que beaucoup de faux chiffres ont été avancés à ce propos, alors que nous avons toujours révélé les montants. Je pense qu’aussi bien Nedjma que Ooredoo ont mis à la disposition de la FAF de gros moyens.

 

Vous ne répondez toujours pas à ma question…
Ce n’est pas le moment de parler de chiffres, en tout cas c’est beaucoup d’argent (rires).

 

Pour revenir à l’invitation des présidents de clubs au match PSG-Nice, quel est l’objectif recherché avec cette opération ?
Je suis d’abord fier d’avoir invité des présidents de clubs algériens à un match aussi relevé au Parc des Princes pour une rencontre du PSG que Ooreddo sponsorise au même titre que les équipes algériennes. L’objectif est de jeter les jalons d’une coopération entre ces équipes et créer les conditions d’un échange fructueux d’expériences

 

Justement, peut-on assister un jour à un match amical entre le PSG et l’une de ces équipes que sponsorise Ooredoo ?
Oui, c’est possible… C’est le genre de choses auxquelles nous pensons par exemple…

 

Une dernière question M. Ged : en 2015, vous allez lancer l’opération de distribution d’ambulances. Serait-ce l’occasion de voir à Alger une star mondiale, à l’image de Messi ?
Quand nous avons entamé notre collaboration avec Lionel Messi, nous avons déjà pensé à le ramener en Algérie, mais ce ne fut pas possible pour des considérations de calendrier. Mais nous ne renonçons pas. En fait, Ooredoo ramènera un jour ou l’autre Messi en Algérie.

Source : liberte



Articles similaires :
Neuer : « Meilleur gardien du monde ? Ce n’est jamais sorti de ma bouche»
Christian Gourcuff clame sa différence avec Vahid Halilhodzic
Gourcuff: La décision du Maroc ne me concerne pas !

Vos commentaires :