Accidents de la route et noyades L’été risque d’être meurtrier

0
74

Alors que la saison estivale n’est pas encore installée, de macabres bilans présagent d’un été meurtrier. L’imprudence et le nonè-respect de la réglemention conduisent souvent aux drames.

Les dernières quarante-huit heures ont connu de nombreux sinistres sur les routes,mais également sur les plages du pays. Pour les premiers, la Protection civile fait part de 3038 interventions avec 29 décès et 420 blessés enregistrés à l’échelle du territoire national.Dans ces statistiques macabres, il n’est pas rare de voir incriminés des cortèges de mariages, sinon les deux-roues. Alors que dans d’autres cas c’est le manque de signalisation routière et le non-respect du Code de la route qui conduisent aux drames.


Une femme est morte et une autre personne a été blessée dans une collision entre un train et un véhicule, survenu la veille du week-end dernier, dans la commune de Boutlélis, à l’ouest d’Oran.


La locomotive d’un train est entrée en collision avec un véhicule sur la ligne ferroviaire reliant les wilayas d’Oran et d’Aïn Témouchent, causant la mort d’une femme sur le coup et des blessures à une autre personne qui se trouvait à bord du véhicule, a-t-on indiqué. Les plongeurs de la Protection civile sont intervenus, durant la même période, dans plusieurs wilayas pour le repêchage des corps de 13 personnes décédées par noyade, dont neuf cas morts noyés en mer à travers les wilayas de Boumerdès, Tipaza, Chlef, Mostaganem, Annaba, Jijel et Skikda, et quatre autres personnes décédées noyées dans les réserves d’eau à travers les wilayas de Médéa, Aïn Defla et Saïda, note la même source, soulignant que les victimes ont été évacuées vers les structures sanitaires locales.


Notons que des parties de plaisir se transforment souvent en drames, comme c’était le cas vendredi dernier, sur la plage Dauphin de Boumerdès, où, tard dans la nuit, des jeunes filles ont voulu fêter en bord de mer, le succès de leur collègue qui a décroché son master.
La Protection civile de cette wilaya est intervenue vers les coups de minuit pour repêcher deux personnes emportées par les flots. Les deux victimes n’ont, hélas, pas été sauvées toutes les deux.


La première femme de 22 ans a été soignée et transférée aux urgences, alors que la deuxièmeâgée de 26 ans, a été retrouvée sans vie.
À Tipasa, plus précisément à Chenoua- plage, quatre individus ont été happés par l’onde meurtrière, et seuls deux d’entre eux ont pu être sauvés par les hommes de la Protection civile.


Ces noyades sont le fait du non-respect de la réglementation, surtout que cette année la mise en place du dispositif de sécurité de la Protection civile est décalé jusqu’au 17 de ce mois de juin alors qu’habituellement il est opérationnel dès le premier du même mois.

lexpressiondz / Salim BENALIA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here