Affaire de publication de fake-news sur Facebook: trois mis cause en détention provisoire

0
151

Le juge d’instruction près le Pôle pénal national de lutte contre la criminalité en lien avec les technologies de l’Information et de la communication (TIC) a ordonné mardi le placement de trois (3) mis en cause en détention provisoire et de deux (2) autres sous contrôle judicaire, pour leur implication dans une affaire liée à la publication et à la diffusion sur Facebook de fake-news attentatoires à l’ordre public.

« Suite à des informations faisant état de l’existence d’une page Facebook publiant des fake-news attentatoires à l’ordre public, gérée par un individu depuis un pays étranger, qui utilisait un réseau local d’utilisateurs des réseaux sociaux pour lui fournir des informations et des secrets sur les personnes ou les administrations publiques à des fins de chantage ou de diffamation, une enquête préliminaire a été ouverte concernant les faits à caractère pénal », a précisé un communiqué du Parquet près le Pôle pénal national de lutte contre la criminalité en lien avec les TIC, près la Cour de justice d’Alger.

Selon les résultats de l’enquête préliminaire, « il s’agit de:

1- (D.S.A.M.), administrateur de la page qui se trouve dans un pays étranger, 2- (M.A.A.), ancien parlementaire propriétaire d’un bureau d’études,

3- (M.A.Y.N.), employé du bureau d’études, 4- (A.M.A.), employé de banque,

5- (Y.M.), avocat stagiaire, 6- (H.C.), avocate et 7- (B.A.), greffier à la Cour de Chlef », selon la même source.

« Après achèvement de l’enquête préliminaire, les suspects ont été présentés devant le Parquet de la République, le 28 juin 2022, les accusés susmentionnés ayant été poursuivis en vertu d’une demande initiale d’ouverture d’une information judiciaire pour atteinte à l’intégrité et à l’unité territoriales, publication et diffusion délibérée auprès du public de fausses informations susceptibles de porter atteinte à l’ordre public, abus de fonction, divulgation de secret professionnel et remise d’un document émis par une administration publique à un individu n’ayant pas droit », a ajouté le communiqué.

Après avoir soumis les accusés à l’interrogatoire de première comparution, « le juge d’instruction a ordonné le placement en détention provisoire des accusés (M.A.A.), (H.C.) et (B.A.) et le placement sous contrôle judiciaire des accusés (M.A.Y.N.) et (A.M.A) », a précisé le communiqué.

APS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here