Agli invite les entreprises françaises a investir davantage en Algérie

0
376

Le président de la Confédération Algérienne du Patronat Citoyen «CAPC» Sami Agli a invité les entreprises économiques françaises a investir davantage en Algérie dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant.

Sami Agli s’est exprimé a l’occasion de sa participation ce mercredi a la 13e édition des “Rencontres Algérie” organisée par “Business France” , a indiqué la CAPC dans un communiqué.

Lors de son intervention dans une table ronde consacrée aux opportunités de partenariat qu’offre le secteur privé en Algérie,  le président de la CAPC s’est attardé longuement sur la grande dynamique du paysage économique en Algérie.

Selon Agli, l’Algérie constitue un marché prometteur et stratégique dont l’important intérêt qu’accordent plusieurs pays a ce marché en est une preuve, et ce compte tenu de multiples opportunités de travail et de coopération dans de nombreux secteurs, notamment dans le numérique, les énergies renouvelables, les mines et l’industrie agroalimentaire.

Sami Agli: le télétravail doit être encadré par la loi

Sami Agli, président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), a souligné, conjoncture sanitaire oblige, que “le télétravail doit être encadré par la loi”, ajoutant que “2022 sera l’année de la rupture avec l’ancien modèle économique”.

Le patronat attend avec impatience la publication du nouveau Code de l’investissement. “Nous avons hate de découvrir son contenu”, affirme, ce dimanche matin, Sami Agli, président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), dans l’Invité de la rédaction de la Chaîne III de la Radio Algérienne. Il souhaite que “l’année 2022 soit réellement l’année de la rupture avec l’ancien modèle économique”.

“Comment venir investir en Algérie? Comment sortir en vendant ses parts? Comment transférer ses dividendes? Comment amener du capital? Ce code doit être une réponse claire a toutes ces questions”, précise le président de la CAPC.

Selon lui, plusieurs autres textes de loi méritent des mises a jour. “Dans l’assainissement du cadre réglementaire et juridique, le Code du travail constitue un important chantier qui doit être lancé pour s’amarrer aux standards et aux défis actuels”. Il cite l’exemple du télétravail qu’il faut, selon lui, “encadrer par la loi”.

Les entreprises du digital dessinent l’économie mondiale

Pour Sami Agli, “le digital est un tsunami et il faut être prêt a faire face a ce gros changement”. Il insiste: “ce ne sont plus les entreprises financières ou industrielles qui dessinent aujourd’hui l’économie mondiale, mais bien les entreprises du digital.”

“Cela va s’accentuer davantage avec l’arrivée de la 5G et l’arrivée massive de l’accès Internet, qui devient aujourd’hui comme n’importe quel autre droit humain”,  prédit le patron, qui préconise de s’y préparer: “nous avons une jeunesse bien formée, il faut capitaliser dessus pour que le digital soit un véritable levier dans plusieurs secteur”.

Mettre fin au “terrorisme bureaucratique”

Le président de la CAPC insiste également sur la nécessité de mettre un terme a ce qu’il qualifie de “terrorisme bureaucratique”. “La bureaucratie a des conséquences dramatiques sur le Trésor public et sur le développement économique du pays, ce que nous ne pouvons plus tolérer”, s’indigne Sami Agli, qui appelle a appliquer “le contrôle a posteriori” et a instaurer un climat de confiance.

Echoroukonline

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here