Agriculture: Le potentiel grandissant du Sahara algérien

0
506

ALGER: La province d’El Oued, située dans le nord-est du Sahara algérien, et le deuxième producteur de dattes du pays, s’est transformée en un véritable pôle agricole international, créant des opportunités d’emploi et améliorant la sécurité alimentaire du pays.

En effet, un article d’Euro News a attiré l’attention sur le désert algérien comme étant une véritable forteresse alimentaire pour le monde, révélant le secret de son succès et de sa transformation en une importante source agricole.

L’Algérie s’est engagée à reconquérir en quelques décennies des centaines de milliers d’hectares de terres cultivées dans le désert en œuvrant à la dynamisation des zones arides et semi-arides. Les dunes cédant progressivement la place à la culture des premiers légumes.

Le soleil toute l’année permet aux agriculteurs de produire et d’exporter des pommes de terre non saisonnières, ainsi que des tomates, des cacahuètes, des oignons et autres légumes. De plus, l’utilisation des pesticides est minime, 70% des produits du désert sont bios.

Le directeur des services agricoles de la wilaya d’El Oued, Adlan Matallah, a expliqué à la presse que « toutes les fermes sont connectées à l’électricité. On utilise des technologies modernes pour économiser l’eau et pour maintenir le niveau des eaux souterraines. Nous n’utilisons pas beaucoup de pesticides. Notre objectif est d’instaurer une agriculture durable. »

« Nous avons une gamme de produits très diversifiée : des dattes fraîches, dénoyautées et séchées. Nous exportons vers plusieurs régions du monde et vers les quatre continents du monde : Europe, Amérique, Asie et Afrique.», a expliqué le responsable. 

Afin d’exploiter au maximum le potentiel du grand sud algérien, les agriculteurs ont décidé de fusionner les techniques agricoles ancestrales à de diverses technologies.

D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le système des ghouts de la région d’El Oued, est considéré comme étant « un système ingénieux du patrimoine agricole mondial ». 

Cette technique d’autosubsistance traditionnelle, reconnue par l’UNESCO, se caractérise par un savoir-faire local où les palmiers sont plantés directement au-dessus du niveau de l’eau, dans des creux creusés entre les dunes et la récolte se fait manuellement. Ce système oasien millénaire puise dans les eaux souterraines pour irriguer les palmiers-dattiers, palliant ainsi au manque de précipitations. 

Les ghouts, propres à la région du Souf, sont apparus au XVᵉ siècle et perdurent encore aujourd’hui. Ils puisent l’eau de la nappe phréatique et irriguent les terres entourées de palmiers, créant une sorte de microclimat.

Les technologies modernes sont également utilisées pour la pollinisation, la fertilisation et la récolte. Les machines permettent ainsi aux travailleurs de traiter jusqu’à 80 arbres par jour de manière pratique sur une seule ferme.

L’Algérie est classée par le Programme alimentaire mondial (PAM) première en Afrique en matière de sécurité alimentaire. C’est le seul pays du continent dont le taux de personnes sous-alimentées est inférieur à 2,5% de la population totale, selon un recensement effectué entre 2018 et 2020.

Un secteur en constante expansion 

Le rapport indique que l’Algérie, pour sa sécurité alimentaire, dépend pareillement des grandes cultures vertes du nord. Le pays veut aller plus loin en attirant les investisseurs étrangers, pour éviter d’importer la moitié du blé consommé dans le pays. Et ainsi, encourager l’activité économique et développer l’agriculture dans la vallée.

« La politique actuelle est une politique de défi. La capacité à produire plus, à réduire les importations et à nouer des partenariats », explique Amine Bensman, président de la Fondation Filaha Inov.

De plus, le secteur continue de se restructurer, tandis que les entreprises modernes développent des solutions agricoles intelligentes et recherchent également des partenaires.

« Aujourd’hui, nous avons des startups algériennes qui essaient d’innover, qui s’échinent à créer une agriculture intelligente, etc. Le vrai défi est de travailler à les développer pour devenir plus fortes et créer des entreprises », explique Fadel Bouayach, expert en technologie agricole dans la même société.

Ces nouvelles technologies seront nécessaires pour conserver les eaux souterraines et renforcer ainsi la durabilité de l’agriculture dans le désert.

Arabnews

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here