Alger et Washington discutent de la situation en Tunisie et en Libye

0
705

-Lors d’un appel téléphonique, reçu par le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, de son homologue américain Antony Blinken.

AA/Alger

L’Algérie et les Etats-Unis ont discuté vendredi de la situation en Tunisie et en Libye, ainsi que des questions régionales et internationales.

C’est ce qui ressort d’un appel téléphonique reçu par le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, de son homologue américain Antony Blinken.

Lamamra a indiqué dans un tweet posté sur son compte officiel qu’il « a reçu un appel téléphonique aujourd’hui du secrétaire d’État américain, Antony Blinken ».

Le chef de la diplomatie algérienne a souligné « avoir discuté avec Blinken des perspectives de développement des relations bilatérales entre l’Algérie et les Etats-Unis ».

Et Lamamra d’ajouter, « Nous avons également examiné en profondeur nombre de défis régionaux et internationaux ».

L’ambassade de Washington en Algérie a indiqué par voie de communiqué publié sur sa page Facebook que Blinken « a évoqué vendredi avec Lamamra nombre de questions régionales, notamment les derniers développements en Tunisie, en Libye et au Sahel ».

Le communiqué a souligné que Lamamra et Blinken « ont convenu de la nécessité pour la Libye de retrouver sa souveraineté, sa stabilité et son unité, sans ingérence étrangère ».

Le chef de la diplomatie américaine a renouvelé l’engagement de son pays à aider l’Algérie à lutter contre la pandémie de la covid-19, à travers un don de vaccins, une aide d’urgence directe de plus de 4 millions de dollars ainsi que la livraison d’un hôpital de campagne ».

Le ministre algérien des Affaires étrangères avait effectué il y a quelques jours une tournée africaine qui l’avait conduit en Tunisie, en Éthiopie, au Soudan et en Égypte, pour la terminer à nouveau par une visite en Tunisie, où il avait transmis un message oral du Président Abdelmadjid Tebboune, à l’adresse de son homologue tunisien, Kaïs Saïed.

Le Président algérien avait effectué début août un entretien téléphonique avec Kaïs Saïed, qui lui a assuré à cette occasion que « la Tunisie est sur la bonne voie pour consolider la démocratie et le pluralisme et que des décisions importantes seront prises prochainement ».

La Tunisie est en proie à une grave crise politique depuis que Saïed a décidé le 25 juillet de révoquer le Chef du gouvernement Hichem Mechichi, et de geler les pouvoirs du Parlement pour une durée de 30 jours, dans le cadre de mesures d’exception justifiées par la détérioration de la situation économique et l’incapacité de l’Exécutif à gérer la crise pandémique.

Certains partis politiques, dont le mouvement Ennahdha, ont considéré lesdites mesures comme un « coup d’Etat contre la Constitution », tandis que d’autres y ont été favorables, estimant qu’il s’agissait d’une « rectification du processus révolutionnaire ».

*Traduit de l’arabe par Majdi Ismail

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here