Alger réduit la quantité de gaz acheminé vers l’Espagne

0
349

L’Algérie a diminué la semaine dernière de près d’un quart la quantité de gaz qu’elle livre à l’Espagne. C’est ce que révèle la presse espagnole alors qu’Alger, gros fournisseur du gaz pour l’Europe, garde le silence. Elle avait mis en garde Madrid en lui signifiant qu’elle romprait le contrat de fourniture de gaz à l’Espagne si cette dernière venait à l’acheminer « vers une destination tierce, non incluse dans l’accord ». Récemment, Madrid avait informé les autorités algériennes qu’elle allait livrer du gaz au Maroc via le Gazoduc Maghreb-Europe GME, du gaz « qui ne proviendrait pas de l’Algérie » ont affirmé les autorités espagnoles. Affirmation qui ne semble pas convaincre Alger.

Alger ne décolère pas depuis que Madrid a décidé mi-mars de soutenir le plan d’autonomie marocain pour le Sahara occidental.

Grand soutien du Polisario et de l’indépendance du Sahara occidental, elle mène, par étape, une guerre économique non déclarée contre l’Espagne. Au dernier épisode, elle a réduit d’environ 25% la quantité de gaz acheminé vers Madrid.

Le rapport quotidien, de contrôle du niveau d’arrivée du gaz via le gazoduc Medgaz indique que le niveau actuel de livraison est le plus bas depuis le début de l’année.  

Le 19 mars, en réaction à la nouvelle position espagnole du Sahara occidental, Alger avait rappelé son ambassadeur à Madrid, elle a aussi cessé de coopérer sur le retour des migrants interceptés en mer en cherchant à atteindre l’Espagne à partir de côtes algériennes. 

Toute autre sanction économique semble bonne pour exercer des pressions sur l’Espagne, Alger a mis des obstacles bureaucratiques aux importations de bétail Espagnol, ce qui a causé aux éleveurs des pertes en millions d’euros, avant de pratiquement fermer son marché aux produits espagnols.

Rfi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here