Algérie-Tunisie Le duo qui dérange

0
514

Nul besoin d’un dessein pour comprendre les visées d’un lobby tapis dans l’ombre. Moins d’une semaine après la polémique du gaz, on lâche la meute contre les propos de Tebboune.

D’un côté une puissance militaire régionale et un potentiel énergétique convoité, de l’autre un voisin auréolé d’un modernisme social envié, mais embourbé dans une grave incertitude économique. Le duo Algérie-Tunisie dont l’amitié n’a jamais été démentie, fait jaser. Le couple dérange au point de s’attirer les foudres de lobby tapis dans l’ombre. Il a fallu que le président Abdelmadjid Tebboune prononce quelques mots de sympathie à l’endroit d’un pays voisin et frère pour que l’artillerie de la propagande entre en action. On crie «aux dérapages» et à «l’ingérence dans les affaires internes de la Tunisie»! D’autres ont même trouvé que les propos de Tebboune annoncent de « profonds changements en Tunisie». Mais qu’a dit exactement Abdelmadjid Tebboune? «Avec l’Italie, nous sommes prêts à aider la Tunisie et la Libye à revenir sur le chemin de la démocratie.».

Ce n’est certainement pas avec ces propos que l’Algérie va renier son sacro-saint principe de non-ingérence dans les affaires internes des pays tiers! N’ayons pas la mémoire courte. Rien que pour ce principe, qu’elle considère immuable et non négociable, l’Algérie a croisé le fer avec les puissances de l’Otan, notamment dans la crise libyenne et syrienne. C’e n’est donc pas aujourd’hui qu’elle va se renier.


Le président Tebboune aurait pu se contenter de citer dans sa déclaration le Sahel et la Libye. Or, il parlait à l’allié italien d’un pays voisin qu’est la Tunisie. Le but n’étant autre que celui de plaider la cause d’un pays frère qui passe une mauvaise période et d’entraîner l’Italie dans cet élan d’aide et de solidarité. Pour ceux qui connaissent la qualité des relations entre l’Algérie et la Tunisie, il est impossible de douter d’un quelconque revirement de l’Algérie qui a toujours été généreuse envers sa petite soeur. Aux pires moments de la pandémie de la Covid-19, l’Algérie a fait don d’oxygène et de vaccins même au point de s’attirer des animosités internes.

En décembre dernier, elle a attribué un prêt de 300 millions de dollars pour alimenter le budget de l’Etat et permettre de payer les salaires des fonctionnaires. L’amitié a un coût et c’est aussi parce que la Tunisie constitue la profondeur stratégique de l’Algérie. Quand la Tunisie va mal, l’Algérie aussi.

Les deux pays ont le devoir de préserver le précieux legs de la stabilité et de la sécurité. Nul besoin d’un dessein pour comprendre les desseins d’un lobby tapis dans l’ombre. Moins d’une semaine après la polémique du gaz, on lâche la meute contre les propos de Tebboune. Il y a quelques jours, des rumeurs relayées sciemment sur la Toile faisaient croire que l’Algérie avait refusé d’approvisionner la Tunisie en gaz. C’est le secrétaire général de l’Université générale de l’électricité et du gaz qui a été, malgré lui, à l’origine de cette polémique. S’exprimant à la radio Shems FM, il a indiqué que la Sonatrach n’est plus en mesure de fournir des quantités «supplémentaires» de gaz dont a besoin son pays. Une situation qui, selon ses dires, impactera la production d’électricité pendant l’été. Or, la réalité est que cette part additionnelle fournie en dehors du contrat nécessite une programmation technique, ce que l’Algérie ne pouvait faire en raison de la forte demande de gaz naturel.

L’opportunité était idéale aux parties hostiles à cette relation pour décocher leurs flèches. Il a fallu l’intervention de la ministre tunisienne de l’Energie et de l’Industrie, Naila Nouira, pour calmer les ardeurs. Elle a catégoriquement démenti toute intention de l’Algérie de couper l’approvisionnement en gaz de la Tunisie expliquant que ce qui se passe sur ce dossier n’est que rumeur. Les professionnels de la propagande se calmeront-ils pour autant? Leurs torrents de haine tariront-ils cet été?

lexpression / Brahim TAKHEROUBT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here