Assassinat de Djamel Bensmail : Le procès s’ouvre demain

0
1131

Près d’une année après le drame de son meurtre qui a mis en émoi tout le pays dans le contexte des incendies enregistrés en Kabylie, le procès de l’assassinat du jeune Djamel Bensmail va s’ouvrir demain au tribunal criminel de première instance de Dar El Beida.
Le procès sera marqué par la présentation devant les juges de 102 suspects accusés d’avoir tué le 11 août 2021 à Larbaâ Nath Iraten Tizi-Ouzou, théâtre des incendies, le natif de Khemis Miliana (Ain Defla).


Les accusés, dont une soixantaine sont en détention préventive, sont poursuivis, à différents degrés, d’atteinte à la sécurité de l’État, d’attaques contre le personnel de la sécurité, de semer la terreur parmi la population et d’appartenir à des organisations terroristes.
Quelques jours après le meurtre, la Directeur de la Police judiciaire à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), Mohamed Chakour, avait fait état de l’arrestation de 36 mis en cause dont 3 femmes, impliqués dans l’assassinat et le lynchage de Djamel Bensmail.
«L’enquête préliminaire ouverte par les services de Sûreté suite au crime d’homicide, lynchage, immolation par le feu et mutilation, sabotage de biens et violation de l’enceinte d’un poste de police, entraînant la mort de Djamel Bensmail à Larbaâ Nath Irathen, a donné lieu à l’arrestation de 36 mis en cause, dont 3 femmes», a-t-il annoncé dans une conférence de presse organisée au niveau de l’Ecole supérieure de Police à Châteauneuf (Alger).


Il a ajouté que parmi ces individus arrêtés «figurent la femme qui appelait et incitait à décapiter la dépouille et la personne qui a poignardé la victime, arrêtée alors qu’elle tentait de fuir vers le Maroc».


Les services de Sûreté nationale «qui ont intensifié leurs investigations œuvrent à arrêter tous ceux qui ont pris part à ce crime odieux», a souligné M. Chakour précisant que les policiers qui transportaient la victime à bord du véhicule de police «ont évité les tirs de sommation pour éviter tout dérapage sécuritaire dangereux, que certaines parties connues pour leur hostilité envers l’Algérie auraient exploité pour déstabiliser le pays».


Deux jours plus tard, 25 autres suspects dans l’affaire de l’assassinat de Djamel Bensmaïl ont été arrêtés, a indiqué la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), précisant qu’il s’agit, entre autres, de «deux individus arrêtés par les services de sûreté de la wilaya d’Oran alors qu’ils s’apprêtaient à quitter le territoire national».

Par NAZIM BRAHIMI /Reporters

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here