Au lendemain d’incendies ravageurs : Comment faire revivre la forêt

0
712

M. B. / Elmoudjahid

Des feux de forêt ont ravagé plusieurs wilayas . Au-delà de la vague d’émotion, de l’élan exceptionnel de solidarité de citoyens, qui se sont portés volontaires pour conjurer les flammes presque à mains nues, les incendies ont remis à l’ordre du jour, la nécessité de réformer le dispositif de lutte contre le phénomène.

Il s’agit d’adopter une politique de déploiement de la Protection civile dans les zones forestières et son implication réelle dans les incendies de forêt, par une actualisation des textes réglementaires contre les pyromanes, avec l’ouverture d’enquêtes judiciaires après chaque incendie. Il convient également d’effectuer des recherches et des études scientifiques plus poussées sur le risque en milieu forestier. Tout comme il s’agira de renforcer les formations de recyclage du personnel chargé de la protection forestière. À cela doivent s’ajouter des efforts tendant à promouvoir une sylviculture de prévention, mieux adaptée au climat et à la topographie, ainsi qu’une gestion qui prend en compte le risque d’incendie. Des actions en direction de la société civile, chargée de sensibiliser les différents acteurs (agriculteurs, éleveurs), d’encourager la création d’associations de la protection de la nature et de l’environnement, et d’impliquer d’autres associations écologiques, les scouts. En définitive, il ne suffit pas de replanter, de laisser la nature se reconstruire, d’investir dans l’achat de machines permettant d’éteindre les incendies (avions spécialisés, véhicules, auto-citernes… ).

L’Algérie fait partie intégrante du bassin méditerranéen, l’un des berceaux des plus anciennes civilisations au monde et l’une des régions où les ressources naturelles (faune, sol, végétation) ont fait l’objet de sollicitations précoces. Ce qui n’a pas été sans répercussions sur leur bon état et leur pérennité. L’action conjuguée des différents facteurs, feu, abattage des forêts, mise en culture, va porter un coup fatal aux forêts algériennes si l’on ne se décide pas à prendre à bras-le-corps toute la problématique de la préservation de l’espace forestier.

M. B. / Elmoudjahid

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here