Baisse des prix de la viande blanche : les explications du secrétaire général du CNIFA

0
580

Algerie-eco

La baisse des prix du poulet est due à la relative abondance des poules reproductrices, en plus du comportement des consommateurs dont le pouvoir d’achat a baissé et donc de la baisse de la demande de viande de poulet, a indiqué ce lundi 31 janvier 2022, le secrétaire général du conseil national interprofessionnel de la filière avicole (CNIFA), El-Hadi Tebhiret, dans une déclaration faite à la Radio locale Sétif.

Le coût d’un kilogramme de poulet oscille entre 260 et 280 DA pour les éleveurs de volailles, et vendre en dessous de ce prix est une perte subie par les éleveurs, comme c’est le cas aujourd’hui, selon le même responsable.

Après le processus d’abattage, qui s’accompagne de nombreux facteurs qui augmentent les coûts (perte de poids du poulet, coûts d’abattage…), le coût d’un kilogramme de poulet s’élève à 360 DA, a expliqué M. El-Hadi Tebhiret.

Le prix de vente final (prix de vente au consommateur) juste par kilogramme de poulet est de l’ordre de 400 DA afin que l’éleveur ne soit pas lésé compte tenu des coûts élevés, notamment en ce qui concerne les aliments importés non contrôlables, en plus de les prix des poussins qui atteignaient auparavant 220 DA, a précisé le même responsable.

M. El-Hadi Tebhiret a indiqué que le prix du maïs est passé de 2500 DA à 5400 DA le quintal, et le prix du soja est passé de 5000 DA à 8400 et 8500 DA.

Le marché de la volaille stagne

Le marché de la volaille stagne et selon les informations dont nous disposons : les ventes de viande blanche par de nombreux bouchers sont passées de deux quintaux par jour à moins de 50 kilogrammes, et l’activité de vente d’aliments a diminué de plus de 30 %, a-t-il ajouté.

Le marché algérien a besoin de 5,5 millions à 6 millions d’éleveurs de volailles pour assurer la stabilité des prix du poulet tout au long de l’année, selon El-Hadi Tebhiret.

L’Algérie compte actuellement 4,5 millions à 5 millions d’éleveurs de volailles, un nombre proche de la quantité dont devraient disposer les éleveurs. Lorsque les prix du poulet étaient bas, le marché de la volaille comptait 9 millions d’éleveurs et enregistrait un excédent important par rapport aux besoins des consommateurs.

Les prix des poussins sont passés de 220 et 230 DA à 140 et 150 DA selon le type de race, et leurs prix devraient encore baisser, a-t-il expliqué.

Nous prévoyons une hausse des prix de la viande de poulet dans les 10 jours ou deux semaines à venir sans dépasser le plafond de 400 DA le kilogramme.

On s’attend à ce que le prix de la viande de poulet augmente pendant la première semaine du Ramadan, puis à une baisse progressive, a précisé le même responsable.

Le prix des œufs en Algérie

Le prix des œufs en Algérie est bas par rapport à d’autres pays, et le prix qui semble au consommateur est élevé de nos jours, car il n’est pas habitué à des prix supérieurs aux dinars 350, a indiqué M. El-Hadi Tebhiret.

Au cours des dernières années, le nombre de poules pondeuses a atteint 700 000, et le marché algérien a besoin de 350 000 poulets pour répondre à la demande.

Le nombre d’éleveurs de poules pondeuses en Algérie est estimé à 50.000 éleveurs, selon le même responsable qui a indiqué que le coût du plateau d’œufs pour l’éleveur qui élève de 360 ​​à 380 DA, ce qui signifie que tout prix inférieur à ce plafond est une perte pour l’éleveur.

Le juste prix d’un plateau d’œufs composé de 30 œufs lorsqu’il est vendu au consommateur final est de 450 dinars, a expliqué El-Hadi Tebhiret.

Algerie-eco

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here