Béjaia 10 Ans de prison ferme contre un commerçant

0
192

Le juge a donné un exemple utile en cette période de crise qui touche principalement les produits alimentaires de première nécessité.?

Reconnu coupable dans une affaire de spéculation, un commerçant arrêté récemment par les services de la gendarmerie de Barbacha, a été condamné, aujourd’hui, à une peine de 10 années de prison ferme et 2 millions de dinars d’amende. C’est l’affaire examinée par le tribunal d’Amizour en référé. Et le verdict est tombé hier.

«En application des dispositions de l’article 11 du Code de procédure pénale, et en vue de contrecarrer de fausses informations ou des informations incomplètes concernant l’affaire du mis en cause répondant aux initiales B.S, âgé de 42 ans, poursuivi pour spéculation illégale sur la semoule et ses dérivés, nous portons à la connaissance de l’opinion publique des éléments objectifs tirés du dossier des procédures relatives à l’affaire», lit-on dans le communiqué. Le juge a donné un exemple utile en cette période de crise qui touche principalement les produits alimentaires de première nécessité.

Le 5 octobre dernier, les services de la brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de Barbacha ont saisi plus de 167 quintaux de semoule et un stock considérable de semoule de maïs ainsi que d’autres produits dérivés, destinés à la spéculation, lors d’une perquisition dans un entrepôt au village Aguemoune, commune de Barbacha. Ne disposant pas de preuves tangibles quant à une commercialisation du produit en conformité avec la loi, le commerçant a été immédiatement présenté devant le parquet territorialement compétent. Selon le communiqué du procureur de la République près le tribunal d’Amizour, les investigations ont également conclu que «l’adresse du local inscrit sur son registre du commerce, dans la commune de Oued Ghir n’était pas réellement exploité par le mis en cause et était consacré à une activité totalement différente.

Le mis en cause procédait, à travers des pratiques douteuses, à la revente de ses produits à des prix plus élevés que ceux codifiés et subventionnés par l’État, et ce, en vue de réaliser une marge bénéficiaire plus importante». La spéculation bat son plein dans une conjoncture de crise que des individus malintentionnés saisissent comme opportunité pour glaner de l’argent facile.

La spéculation n’est cependant pas l’unique domaine qui permet des gains. Sur un autre registre, les services de la Gendarmerie nationale ont saisi 20 quintaux de viande blanche avariée et impropre à la consommation. Une affaire résolue suite à des informations reçues par la division régionale de la Gendarmerie nationale à Tichy, et selon lesquelles un abattoir illégal était en activité dans le village de Mouzaya, commune de Boukhalifa. Une patrouille a été dépêchée sur les lieux. En inspectant les lieux, les gendarmes prennent en flagrant délit quatre personnes nettoyant des volailles au milieu de la terre sans observer les conditions d’hygiène. À l’intérieur de l’entrepôt ils mettent la main sur une quantité de viande blanche (poulet abattu) dont le poids s’élève à 20 quintaux 08 kg.

Les mis en cause ont été immédiatement conduits au siège de la brigade pour poursuite de l’enquête. De leur côté les services de la police de Béjaïa ont saisi 440 kilogrammes de viandes blanches avariées et impropres à la consommation lors d’un contrôle d’un camion effectué au niveau du pont de la Soummam sur la RN9. La marchandise est immédiatement saisie et le conducteur du camion arrêté. La présence persuasive des services de sécurité donne certes, des résultats probants; mais l’ampleur du trafic du genre inquiète tout le monde. C’est pourquoi la prudence est de mise en ces temps de crise multidimensionnelle.

Arezki SLIMANI / lexpressiondz

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here