Brest : « On ne pourra jamais offrir à Belaili ce qu’il avait dans le Golfe »

0
5744

Recruté cet hiver par Brest, Youcef Belaïli a eu dans un premier temps beaucoup de mal à s’adapter…

Mais l’international algérien termine en boulet de canon cette fin de saison. Libre de tout contrat, le Stade Brestois n’a pas caché qu’il aimerait le prolonger par l’intermédiaire de son directeur sportif, Grégory Lorenzi : « Belaïli était une solution supplémentaire (pour remplacer Faivre) et quand on prend un joueur comme ça, qui a fait de très belles choses sur un autre continent, il y a toujours un point d’interrogation sur l’adaptation, le mental, etc. C’est pourquoi je n’en ai pas attendu davantage avec lui. Les gens en ont tellement entendu parler qu’au bout de 4-5 matchs, ils étaient déçus. Moi non. Au fur et à mesure qu’il a assimilé les choses, il a fait des bons matchs. Il fallait le jeter il y a trois semaines, maintenant il faut le garder » a-t-il lancé pour Le Télégramme. 

Il a ensuite poursuivi : « Je ne suis ni surpris, ni déçu, ni euphorique à son égard. On sait ce qu’il est capable de faire, comme on sait aussi ce qu’il ne peut pas faire. L’idée est de vouloir le conserver, évidemment. Mais aujourd’hui il y a des raisons économiques entre ce qu’on peut lui proposer et ce qu’il peut souhaiter. On restera mesuré, et ç’a été clair : on ne sera jamais un club capable de lui offrir ce qu’il avait dans le Golfe ».

Enfin, il a conclu en fermant la porte à un départ d’Haris Belkebla : « Belkebla avait un bon de sortie l’été dernier. C’était la saison dernière. Tous les joueurs à qui il reste un an de contrat, je n’ouvre pas la porte à un départ, c’est une certitude ». Des propos relayés par Onzemondial.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here