Covid-19: Le médecin «prêcheur» sanctionné par ses pairs

0
1492

Par Nabil Chaoui / jeune-independant

Un avertissement a été émis par la commission disciplinaire du Conseil régional de l’Ordre des médecins de la wilaya d’Annaba à l’encontre du Dr Abdelhafid Ayada, médecin généraliste dans la daïra d’Aïn Berda, pour manquement à l’éthique médicale (voir le Jeune Indépendant du 26 juillet 2021).

Le médecin généraliste a en effet diffusé plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux où il conseillait les internautes de ne pas se faire vacciner contre la Covid-19. Pour paraître plus crédible dans ses vidéos, «ce prêcheur» utilisait la religion islamique en citant plusieurs versets coraniques ainsi que des «recettes miracles» pour lutter contre la pandémie de coronavirus. La sanction décidée par l’Ordre des médecins d’Annaba est considérée comme relevant du premier degré, avant le blâme ou l’interdiction temporaire d’exercer la médecine.

Plus de 3 millions d’internautes ont visionné les vidéos du Dr Abdelhafid Ayada, soit sur sa page Facebook, qui compte 1,3 million d’abonnés, soit sur celles qui ont partagé lesdites vidéos. Enfin, la condamnation du «médecin prêcheur» par le Conseil régional de l’Ordre des médecins pourrait faire réagir la justice, qui déclencherait des poursuites judiciaires. Pour le moment, le médecin généraliste sanctionné s’est excusé auprès de ses confères en promettant de retirer toutes les vidéos publiées sur les réseaux sociaux et a promis de ne plus en publier. Prenant acte de la décision de sanction émise par le Conseil de l’Ordre des médecins, le directeur de la santé et de la population de la wilaya d’Annaba, Nacer-Eddine Dameche, a déclaré à la presse : «Nous sommes en guerre contre la pandémie. Notre préoccupation essentielle, c’est la détresse de la population. Le temps est à la solidarité.» Par ailleurs, la vaccination contre la Covid-19 prend son envol à Annaba avec la création de 112 points de vaccination.

Tout le territoire de la wilaya est concerné par cette campagne de vaccination, que ce soit dans les daïras d’El-Bouni, d’El-Hadjar ou d’Aïn El-Berda, ou encore dans les communes de Seraidi, Oued El-Aneb, Sidi Amar, Berrahal, El-Eulma, Tréat, Chetaibi et Chorfa. Pas un jour ne passe sans que l’on constate l’ouverture d’un nouveau point de vaccination. A ce rythme, la direction de la santé et de la population d’Annaba espère atteindre, au début du mois d’août, plus de 5 000 vaccinations par jour.

Cependant, une virée dans ces points de vaccination a démontré la mauvaise organisation qui y règne. De longues files de citoyens, sous un soleil de plomb, attendent, un ticket à la main, de se faire vacciner. Ces citoyens sont arrivés à l’improviste, sans aucun rendez-vous, alors qu’il serait préférable, pour une meilleur organisation sanitaire, d’obtenir un rendez-vous au préalable, évitant ainsi les longues files d’attente et les risques de contamination. D’autres files d’attente sont observées devant les laboratoires d’analyse, en attente de tests rapides antigéniques. Plusieurs d’entre eux affirment vouloir passer ce test après consultation de leur médecin. «Je fais le test rapide antigénique pour savoir si je suis atteint ou non de la Covid-19. Si je le suis, j’entre en soins, si je ne le suis pas, je vais au vaccin ou pas. C’est aussi simple que cela», confie au Jeune Indépendant un citoyen.

Concernant les décès liés à la pandémie de coronavirus, le nombre est en hausse. Selon le wali d’Annaba, Djamel-Eddine Berrimi, qui a reconnu qu’il y a eu 40 décès de la Covid-19 la dernière semaine, «le nombre de décès pourrait augmenter dans les jours à venir». Pour l’instant, à Annaba, la situation sanitaire n’est pas aussi chaotique en comparaison avec les autres wilayas du pays, mais elle pourrait le devenir.

Par Nabil Chaoui / jeune-independant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here