Crise de l’électricité et du gaz: la France se prépare à affronter un hiver sous tension

0
66

La Première ministre Elisabeth Borne va dévoiler mercredi les scénarios possibles pour affronter les pics de consommation d’énergie cet hiver mais aussi les factures qui flambent, au moment où la France est confrontée a sa pire crise énergétique depuis les années 70.

Mme Borne évoquera les scénarios d’approvisionnement en énergie du pays, dans la foulée des prévisions présentées le même jour par les gestionnaires des réseaux de transport d’électricité et de gaz (RTE et GRTgaz), ainsi que l’avenir du bouclier tarifaire qui protège les Français des hausses de tarif jusqu’au 31 décembre.

La Première ministre tiendra une conférence de presse a 15H30, entourée des ministres de l’Economie Bruno Le Maire et de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher.

Le gouvernement, qui prépare son projet de budget pour 2023, a promis que la hausse des prix du gaz et de l’électricité resterait “contenue” après l’expiration de ce bouclier.

En 2022, la hausse sur les tarifs d’électricité pour les particuliers avait été bloquée par le gouvernement a 4%, et les tarifs du gaz gelés au niveau d’octobre 2021.

Avec la crise énergétique, les prix de gros de l’électricité en Europe ont explosé, dépassant parfois 1.000 euros le mégawatt/heure contre moins de 50 euros avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février, au point que l’Union européenne envisage désormais sérieusement une réforme du marché.

Sur le marché européen interconnecté, le prix de l’électricité est ajusté sur le prix de revient de la dernière source d’énergie mobilisée pour répondre a la demande, souvent une centrale au gaz.

Or, le prix du gaz s’est envolé, dans le sillage de la guerre en Ukraine et du tarissement des flux par la Russie, entraînant avec lui celui de l’électricité.

En France, cette crise est accentuée par une baisse de sa production électrique nucléaire, au plus bas en raison de l’arrêt de la moitié de ses réacteurs (28 sur 56), en travaux pour des maintenances ou des corrosions.

A cela s’ajoute l’effondrement de la production hydraulique qui a pati de la sécheresse estivale.

Ces coupures d’électricité, ciblées et organisées a l’avance font partie d’une panoplie de mesures destinées a éviter le black-out, c’est-à-dire la panne généralisée et incontrôlée.

Echoroukonline

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here