Désensablement des voies ferrées en Algérie L’expérience chinoise à la rescousse

0
471

Dans sa lutte contre l’ensablement du réseau ferroviaire, l’Algérie possède une proposition qui tient la route.

La Chine, via le géant chinois de la construction publique, la compagnie China Civil Engineering Construction Corporation (Ccecc) ambitionne d’atténuer le phénomène d’ensablement des voies ferrées, un réel problème qu’endure la Sntf.


C’est ce qu’il ressort des déclarations de Niu Zengxiang, DG de la compagnie chinoise en Algérie. «La Ccecc est prête à participer à la réalisation des projets de chemin de fer dans le Grand Sud algérien et, elle est également disponible à apporter tout le soutien et l’aide nécessaires pour endiguer ou du moins atténuer le phénomène d’ensablement au niveau des lignes existantes du chemin de fer algérien.» Il intervenait à la salle de conférence de la direction générale de la Safex, la première conférence sous le thème: «Réseau ferré en milieu désertique et phénomène d’ensablement: solutions et mesures d’atténuation.». Organisée dans le cadre de la participation de la Ccecc au Salon international des travaux publics (Sitp), cette conférence a pour but d’exposer l’évolution des techniques de réalisation de chemins de fer dans des environnements tels que le Sahara algérien.


Cette rencontre se veut «une excellente opportunité d’échanger sur les enjeux et défis de la modernisation du réseau ferré en Algérie, en particulier dans les régions du Grand Sud», a ajouté le DG de la Cccec. «L’entreprise prend également en considération»n a-t-il poursuivi, «les contraintes en amont, durant la phase de conception du réseau ferré en milieu désertique qui sont particulières et que nous connaissons grâce à notre expérience acquise et les solutions techniques mises en oeuvre dans des pays tels que la Chine, l’Arabie saoudite ou les Emirats arabes unis.»
Quelles mesures d’atténuations et solutions optimales pour lutter contre le phénomène de l’ensablement du réseau ferré en milieu désertique? À cette question, Abdelhamid Ouar, expert et consultant international en la matière brandit l’expérience chinoise en la matière combinant construction d’infrastructures et lutte contre la désertification.


Les solutions proposées dans ce sens par la Chine qui compte quatre déserts et plus de 6 000 kilomètres traversent des zones désertiques, repose sur plusieurs processus, en l’occurrence la méthode biologique.


Le reboisement et la mise en place des surfaces agricoles à proximité du réseau ferroviaire sont proposées dans ce sens. «Il s’agit là d’une solution qui peut atténuer l’avancée du désert. C’est le même principe et objectif du Barrage vert et une opportunité de développement de l’agriculture de manière particulière et le développement local en général», a expliqué le locuteur.


Le même intervenant n’a pas manqué de souligner que «l’ensablement des voies ferroviaires est un problème global». «Le phénomène affecte la compétitivité de tous les produits pour lesquels le réseau ferroviaire a été mis en place.


Et les arrêts répétitifs des trains engendrent ainsi des pertes sèches aux entreprises, et l’ensablement cause la détérioration du parc roulant,ainsi que les accidents sur les voies ferrées.»
D’autres méthodes sont utilisées par les experts chinois pour atténuer l’ensablement des voies ferrées. Des études des caractéristiques naturelles de chaque région, comme le calcul des jours avec des vents forts, les jours des tempêtes de sable pour la sélection de l’emplacement des lignes ferroviaires.

Mohamed AMROUNI / lexpressiondz

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here