Diam’s endoctrinée par son ex-mari ? Elle se confie sur sa conversion discrète à l’île Maurice

0
947

Invitée de Sept à huit ce 27 juin, Diam’s est revenue en détails sur l’histoire de sa conversion, et le cheminement qui l’a menée vers l’Islam. Une révélation que l’ex-rappeuse aurait eue à l’Île Maurice.

Depuis son apparition au Festival de Cannes 2022, où elle était venue présenter son film Salam, Diam’s n’en finit plus de faire couler de l’encre. L’ex-rappeuse convertie à l’Islam avait disparu des radars en 2012, après avoir sorti son autobiographie et annoncé dans la foulée sa retraite dans Sept à huit sur TF1. De retour dans l’émission ce 26 juin, l’ancienne star est revenue sa nouvelle vie et la manière dont elle s’est convertie. « Je parle pas au nom des autres, je parle en mon nom », annonce d’abord la Chypriote. Cette dernière fait en effet l’objet d’une controverse et se voit reprocher son voile et ses choix de vie.

Face caméra, l’ancienne chanteuse s’exprime. Lorsqu’on lui demande si Diam’s, son alter-ego et nom de scène, est « morte », Mélanie de son vrai prénom, répond par la négative : « Pour moi Diam’s ça a vraiment été une étape dans ma vie. C’est quelque chose qui est là, qui a existé en plus aux yeux de millions de personnes… », explique la jeune femme, qui préfère dire qu’elle est « redevenue » elle-même. Un « éveil » survenu après sa tentative de suicide. Sortie d’une grande dépression, « un labyrinthe, un vide intérieur », Diam’s a une révélation lorsqu’un jour, alors qu’elle se trouve avec la chanteuse Vitaa, elle accompagne une amie nommée Sousou dans sa prière. « J’ai le front posé au sol et à ce moment-là je suis convaincue que je suis à l’endroit où je dois être pour pouvoir parler à mon seigneur », se souvient-elle. Emue, elle dit s’être : « sentie écoutée ». Un déclic qui la pousse à s’interroger. Dix jours plus tard, Mélanie – alias Diam’s -, emmène le Coran dans ses bagages à l’Île Maurice. « Je pense juste à parler à Dieu », souligne celle qui a été élevée dans le christiannisme. A travers la méditation, elle semble redécouvrir le monde : « C’est vrai que ça a été un bouleversement dans ma vie, de commencer à regarder ce qu’il y a autour de moi, et de me dire finalement ‘je fais partie d’un tout' ».

Diam’s revient sur sa conversion : « Je ne suis pas qu’un voile, je suis une femme »
La mère de famille aurait alors « fait le lien » entre ce qu’elle observait « et le créateur de tout cela », explique-t-elle. Au cours du séjour, elle se convertit à l’Islam sur une plage. Cette dernière appelle alors sa mère, pour la rassurer et lui dire dans quel état d’esprit elle se trouve. A cet instant, elle décide d’écrire son dernier album. La foi aura donné un nouveau sens à sa vie : « Etre un croyant c’est prendre conscience de la valeur de cette vie. […] je suis pas sur cette Terre pour rien, j’ai plein de belles choses à faire », détaille-t-elle, ajoutant : « Ne faire que le bien, c’est peut-être le plus grand challenge de ma vie ». Quant au voile, Mélanie tient à clarifier les choses : « On en a fait l’axe central de ma vie, alors que l’axe central de ma vie c’était d’avoir la foi ». L’endoctrinement de son mari ? « Des mensonges. Moi quand je me convertis à l’Île Maurice je suis une femme célibataire », assure-t-elle. Elle déplore l’instrumentalisation des femmes voilées : « Je ne suis pas qu’un voile, je suis une femme […] je trouve ça injuste ». Et si elle refuse de se définir comme une chanteuse féministe, l’interprète de « Par amour » tient à rappeler : « J’ai toujours été solidaire des femmes qui souffrent […] que je sois voilée, pas voilée ».

Par Joanna Wadel / Closermag

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here