Enfants scolarisés à Oran 700 déformations dorsales enregistrées

0
109

Le cartable scolaire constitue le premier facteur s’attaquant brutalement à la colonne vertébrale, compte tenu de sa lourdeur.

Des centaines d’enfants scolaires, en bas âge, souffrent d’atroces douleurs dorsales, allant jusqu’à compromettre leurs études en les privant des cours pendant de longs jours. Outre les phénomènes le frappant de plein fouet comme la consommation du tabac, la drogue et la violence, l’élève d’aujourd’hui est exposé à de sérieux problèmes de santé: les déformations dorsales. En effet, les unités en charge du suivi de la santé scolaire ont enregistré l’année dernière une hausse considérable des cas de scoliose estimés à 260 cas relevés chez des élèves âgés entre 10 et 14 ans.

Ces derniers s’ajoutent aux 640 cas enregistrés auparavant. Les jeunes garçons représentent un taux de 53%. Selon les mêmes sources, cette maladie sévit à hauteur de 63% dans le palier primaire touchant essentiellement 19% des enfants scolarisés dans les classes de la 4e et 5e année, 63% dans le cycle moyen et 61% dans le niveau secondaire.

Les premiers éléments des investigations font ressortir que le cartable scolaire constitue le premier facteur s’attaquant brutalement à la colonne vertébrale compte tenu de sa lourdeur en raison de la charge des livres et cahiers de plusieurs matières. Nombreux sont, selon des spécialistes, ces cartables ne répondant pas aux normes requises pour la scolarité. Il s’agit, particulièrement, de ces sacs à dos de pacotille vendus sans aucun contrôle devant faire l’objet d’inspection des services en charge de cette problématique.

Etant donné que le marché en question échappe à tout contrôle, juguler ce phénomène est devenu pareil à l’Arlésienne, en plus d’absence d’une réglementation devant définir scientifiquement le cartable à porter par l’enfant scolarisé. À cela s’ajoute, selon des spécialistes, l’entassement des élèves dans les classes, très souvent encombrées, en plus de la position qu’ils prennent en s’attablant pour faire face au tableau et l’enseignant. Ce dernier est désormais, outre la nécessité de réussir son cours appelé à faire preuve de suivi rigoureux des élèves et de la postion qu’ils prennent une fois en classe en insistant sur les positions de forme d’angle bien précise de sorte à éviter l’évolution des scolioses.

Il est clairement avéré que l’instituteur est appelé à suivre rigoureusement le placement de ses élèves à l’aune de l’avènement de la numérisation dans le secteur de l’éducation, d’autant plus que pas moins de 1600 écoles seront dotées, dés cette année, de l’outil informatique, question d’alléger le contenu du cartable scolaire. Les parents, sont, eux, appelés à leur tour à faire montre du contrôle de leurs progénitures,notamment face à la télévision ou encore au micro-ordinateur, en plus de veiller à leur emploi du temps lors des révisions et de leur éviter la prolongation de la position assise et des cours particuliers donnés par des particuliers dans des conditions ne répondant pas à celles de la scolarité. Selon plus d’un enseignant intègrent les cours dits «spéciaux» sont qui sont dispensés dans des garages et des endroits dignes des enclos et dans lesquels les conditions régissant la santé de l’enfant scolarisé sont totalement bafouées.

lexpressiondz / Wahib AÏT OUAKLI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here