Gaz : Sonatrach envisage d’augmenter ses prix pour l’Espagne, la France et le Portugal

0
1408

L’Algérie en tant que fournisseur de gaz pour plusieurs pays européens, a obtenu un rôle important suite au conflit en Ukraine. La réduction de l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe, a donné plus de valeur aux autres fournisseurs.

A cet effet, la compagnie pétrolière nationale, Sonatrach, est rentrée en négociation pour chercher le meilleur moyen pour bénéficier d’importantes hausses du prix du gaz dans ses contrats à long terme, avec des acheteurs européens.

Selon l’agence Reuters, qui cite deux sources proches du dossier, le groupe pétrolier algérien cherche à revoir ses prix avec les entreprises qui sont approvisionnées via le gazoduc sous-marin Medgaz. Il s’agirait des entreprises espagnoles, Naturgy (NTGY.MC), Cepsa (CPF.GQ) et Endesa (ELE.MC), et de l’entreprise française Engie (ENGIE. PA), ainsi que le Portugais Galp (GALP.LS).

« Sonatrach a un pouvoir de négociation très fort »

Ainsi, Sonatrach envisage plusieurs options, y compris un lien partiel avec les prix du gaz au comptant dans des contrats qui ont toujours été liés au prix du brut Brent, ont indiqué les sources de Reuter. L’Algérie tente de trouver des moyens de récupérer les revenus perdus résultant de contrats à long terme, reposant sur un indice de prix unique.

« Sonatrach a un pouvoir de négociation très fort parce qu’elle a le gaz et se rend compte que l’Europe en a besoin », a déclaré une source, en ajoutant que « les acheteurs réalisent maintenant qu’ils sont coincés entre le marteau et l’enclume ».

« Ils tournent autour de tout, gardant les formules Brent, y compris les formules TTF. Ils demandent une augmentation similaire à l’augmentation des prix internationaux (du gaz) et l’excuse est que le TTF est très cher », a déclaré la même source, ajoutant que les prix à long terme sont généralement basés sur des moyennes à long terme plutôt que sur des prix quotidiens.

« Ils pourraient offrir à une entreprise tout TTF, une autre tout Brent, quelqu’un d’autre un mélange parce qu’ils négocient avec tout le monde. Ce sont des négociateurs qualifiés et essaieront d’obtenir le maximum qu’ils peuvent. »

Les entreprises européennes concernées refusent de commenter

Voulant avoir plus de détails sur cette question, l’agence britannique a contacté les entreprises de ces trois pays, concernées par ces augmentations de prix.

Un porte-parole de Naturgy a déclaré que les négociations étaient en cours et a refusé de commenter les détails, ajoutant que la relation de l’entreprise avec Sonatrach était bonne, selon Reuter. Par l’espagnol Cepsa, il a refusé de commenter, tandis qu’Endesa, Engie et Galp n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires fournie par l’agence de presse.

De son côté, le directeur général du cabinet de conseil Capra Energy, a déclaré que les clients indexés sur le Brent de Sonatrach avaient obtenu une énorme remise par rapport au TTF et à d’autres indices gaziers mondiaux, et que les dispositions de révision des prix dans ses accords de vente et d’achat (SPA) devraient permettre à l’entreprise de récupérer un bon partie des revenus perdus.

Nabil Mansouri / Maghrebemergent

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here