Grenoble : Le maire autorise le port burkini dans les piscines municipales

0
563

Une autorité locale française qui a autorisé les femmes à nager dans les piscines topless ou portant des burkinis a indigné à la fois les conservateurs et les féministes de gauche.

Le maire de Grenoble, Eric Piolle, a été accusé de « se rendre à l’idéologie islamiste » à la suite d’une décision de modifier les règles des piscines municipales de la ville pour permettre aux femmes musulmanes de nager dans des maillots de bain couvrant leurs cheveux et leur corps, a rapporté le Times.

L’admission des nageurs en burkinis doit être approuvée par le conseil la semaine prochaine, et a été décrite par Piolle comme « un acte de progrès social » car elle rompait avec « les injonctions des autorités sur les vêtements portés par les femmes ».

Piolle et son parti vert soutiennent que les femmes devraient être autorisées à s’habiller comme elles le souhaitent et à nager torse nu ou entièrement habillées.

Un groupe de campagne pro-musulman de gauche appelé Citizen Alliance a organisé des manifestations à Grenoble et ailleurs contre l’interdiction du burkini imposée par la majorité des conseils municipaux.

Les féministes françaises traditionnelles et les politiciens traditionnels soutiennent l’interdiction du burkini, arguant que les femmes musulmanes ne devraient pas être soumises aux diktats religieux masculins sur la pudeur.

Le président conservateur de la région Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, s’est irrité de cette décision et a accusé Piolle de « passer des accords avec l’islam politique ».

Il a menacé de supprimer des millions d’euros de subventions du conseil régional à Grenoble si la ville allait de l’avant avec les nouvelles règles autorisant les burkinis. « Pas un centime… financera votre soumission à l’islamisme », a tweeté Wauquiez.

Piolle a accusé Wauquiez de racisme et de sexisme et l’a comparé à Marine Le Pen, candidate à la présidentielle française anti-immigrés qui a été battue le mois dernier.

Le Pen a promis d’interdire aux femmes de porter le hijab en public si elle était élue.

« Où finira cette chasse aux sorcières pour les femmes françaises qui portent le hijab ? » dit Piolle.

L’année dernière, Wauquiez a coupé les subventions d’une université grenobloise après une série de disputes sur son application des doctrines « réveillées » d’inspiration américaine sur le genre et la race.

Le gouvernement du président Macron a attaqué l’Alliance citoyenne basée à Grenoble et l’a qualifiée de « front pour l’endoctrinement islamiste ».

Le Conseil des sages sur la laïcité, un organe ministériel consultatif mis en place par l’administration Macron, a décidé que les burkinis pourraient être interdits dans les piscines municipales en avril.

Par Sarah / Alnas

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here