Handicapés: appel à l’élaboration d’une étude sur le handicap en Algérie

0
294

ALGER- Des organisations et associations nationales ont appelé à l’élaboration d’une étude sur le handicap en Algérie pour la mise en place d’un système d’information unifié sur le nombre des handicapés et le type du handicap, en définissant la situation de cette catégorie au sein de la société.

Dans une déclaration à l’APS à la veille de la célébration de la Journée mondiale des handicapés (3 décembre), le président par intérim de l’Organisation nationale des aveugles Algériens (ONAA), Farid Arouiet a déploré « l’absence de statistiques concernant la catégorie des handicapés », insistant sur l’impératif d’élaborer une étude ou une enquête sur le handicap en Algérie, en associant les organisations activant dans le domaine.

L’élaboration d’une étude sur le handicap vise à fournir les statistiques nécessaires, ce qui permettra de « mettre en place un système d’information unifié et d’élaborer des programmes et des politiques nationales destinés à cette catégorie de la société », a-t-il ajouté.

Dans le cadre des efforts des pouvoirs publics en matière de prise en charge et d’insertion des handicapés, l’organisation propose d’installer une Commission nationale de suivi de la mise en application des lois et des dispositions prises dans ce domaine. Cette commission aura des sections locales et regroupera des représentants des différents secteurs concernés ainsi que des organisations et associations activant en matière d’accompagnement des handicapés.

L’organisation, qui compte plus de 15.000 adhérents, demande à être associée aux conseils nationaux de consultation, à l’instar de l’Observatoire national de la société civile, du Conseil supérieur national des personnes handicapées (CSNPH) et du Conseil supérieur de la jeunesse.

Concernant le projet de révision de la Loi relative à la protection et à la promotion des personnes handicapées du 8 mai 2002, l’intervenant a précisé que l’organisation déplore « sa non association à cette révision » et appelle à « prendre connaissance de l’avant-projet de cette révision pour y apporter des propositions ».

Par ailleurs, l’ONAA demande à accorder aux handicapés « une prime compensatoire d’invalidité » et non pas « une aide sociale », appelant à inclure la catégorie des non-voyants dans la liste des handicapés, sachant que cette catégorie est inscrite sur la liste des « malades chroniques ».

Pour sa part, la secrétaire générale de la Fédération nationale des sourds d’Algérie, Zahra Harkati a salué l’intérêt particulier accordé par les hautes autorités aux personnes aux besoins spécifiques en général, notamment les sourds, rappelant les instructions du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune portant création d’école nationale supérieure de formation des enseignants en la matière.

Et pour renforcer l’insertion des sourds dans la société, ajoute Mme Harkati, la fédération propose l’ouverture d’un laboratoire ou une unité de recherche sur le langage des signes pour l’unification de la terminologie de ce domaine, outre la formation des professionnels de différents domaines en langage des signes, appelant également à la formation des interprètes en langage des signes.

Le nombre de personnes sourdes s’élève à 80.000 au niveau national, a-t-elle rappelé, relevant l’absence de statistiques exactes.

La fédération plaide pour la mise en place des mécanismes de suivi du taux d’insertion des personnes aux besoins spécifiques au monde de travail, proposant aussi l’organisation des activités sportives et culturelles à cette catégorie.

La fédération insiste sur l’importance d’organiser des rencontres et des campagnes pour sensibiliser la société aux capacités, besoins, et spécificités des sourds, a indiqué M. Harkati.

De son côté, la présidente de la Fédération algérienne des personnes handicapées (FAPH), Atika Mameri a appelé à la mise en place d’un fichier sur les personnes aux besoins spécifiques en vue d’élaborer des statistiques locales au niveau de chaque commune pour lancer des programmes de prise en charge de cette catégorie.

Mme Mameri a mis l’accent sur l’importance de définir les besoins de cette catégorie et mettre en place des mécanismes à même de les associer dans la vie sociale, appelant à l’élaboration d’une étude sur la situation des personnes aux besoins spécifiques en Algérie et à la création d’un secrétariat d’Etat en charge de personnes handicapées.

APS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here