Importation du carburant : Plus de 1,5 milliard de dollars économisés

0
178

Par Lilia Aït Akli / jeune-independant

En plus de réaliser des résultats positifs en 2021, avec plus de 34,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires à l’export, la Sonatrach a aussi considérablement réduit la facture d’importation de carburant. Durant l’année 2021, il n’y a pas eu d’importation de carburant, selon les affirmations Rachid Zerdani, vice-président responsable de la stratégie, de la planification et de l’économie à la Sonatrah. Il a annoncé, dans la foulée, que la compagnie prévoit de réaliser son premier forage pétrolier en offshore en 2023.

S’exprimant ce dimanche sur les ondes de la Chaîne 3, Rachid Zerdani a annoncé la réduction de la facture d’importation de carburants de 1,5 milliard de dollars en 2021. «Nous n’avons importé ni essence ni gasoil depuis août 2020. Donc, pas d’importation de carburants pour 2021», a-t-il affirmé, signalant une économie de plus de 1,5 million de dollars. Le niveau des importations pour l’année 2021 s’est clôturé sur un chiffre de 300 millions de dollars, a indiqué le responsable, qui cite l’importation du MTBE, utilisé principalement comme additif oxygéné de l’essence automobile. «Les importations concernent principalement le MTBE, un produit nécessaire pour la fabrication des essences», a expliqué M. Zerdani, affirmant que même ce produit ne sera plus importé. Cela, avec l’entrée en production du complexe du MTBE d’Arzew.

L’intervenant est également revenu sur les réalisations de la compagnie nationale des hydrocarbures durant l’année dernière. Comme annoncé précédemment par le P-DG de Sonatrach, la compagnie a clôturé l’année 2021 avec des résultats positifs, avec plus de 34,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires à l’export, contre 20 milliards de dollars en 2020, et ce en dépit d’une conjoncture difficile induite par les effets de la crise sanitaire au cours de  2019 et 2020.

Selon lui, le marché a été favorable en 2021 en raison de la reprise de l’activité économique mondiale, laquelle, a-t-il expliqué, a été soutenue par des mesures de relance budgétaire et financière sans précédent. «Cette reprise de l’activité a induit une croissance de la demande pétrolière de plus de 5 millions de barils/jour par rapport à 2020», a-t-il souligné, notant que les prix du baril ont également suivi une tendance haussière se situant à une moyenne de 60 dollars le baril pour l’année 2021. «La compagnie a profité de cette situation favorable et a poursuivi ses efforts dans la mobilisation de nouvelles réserves.

Elle a ainsi réussi à augmenter son niveau de production pour honorer ses engagements envers ses partenaires», a fait savoir le vice-président responsable de la stratégie, de la planification et de l’économie à la Sonatrah, signalant que le niveau de production est passé de 176 millions de TEP (tonnes équivalent pétrole) en 2020 à 185 TEP en 2021, soit une augmentation de 9 millions de TEP.

Concernant la possibilité d’atteindre les 40 milliards de dollars de chiffre d’affaires à l’export à l’horizon 2035-2040, l’invité de la rédaction de la Chaîne 3 a estimé qu’atteindre ces chiffres dépendra des prix du pétrole sur le marché, chose qui pourrait nous rendre vulnérables. «Atteindre ces chiffres dépendra du prix du pétrole. Si l’on reste sur l’exportation du brut, nous allons dépendre des prix du marché et nous serons alors vulnérables. Pour réduire cette vulnérabilité et maintenir le niveau d’exportation, il faut transformer nos produits brut et capter plus de valeur à travers l’exportation», a signalé Rachid Zerdani, affirmant que la valorisation des produits figure parmi les axes de la stratégie de la compagnie.

Par ailleurs, M. Zerdani a annoncé que la Sonatrach prévoit de réaliser son premier forage pétrolier en offshore en 2023. Ce dernier, a-t-il expliqué, permettra de mettre en évidence le potentiel identifié sur les périmètres sur lesquels Sonatrach opère avec ses partenaires. Il s’agit de deux périmètres, l’un situé à l’est et le second identifié dans le bassin ouest du pays.

Par Lilia Aït Akli / jeune-independant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here