Journée du Savoir: Benbadis est parvenu en peu de temps à contrecarrer le projet de l’Algérie française

0
280

Le leader du mouvement réformiste en Algérie, cheikh Abdelhamid Benbadis (1889-1940), est «parvenu en peu de temps à contrecarrer le projet de l’Algérie française», a indiqué, dimanche, l’écrivain et historien Mohamed Lamine Belghith.

Par Radia D.

«Abdelhamid Benbadis est parvenu en un quart de siècle à faire échouer l’idée et l’ambition de la France de rendre l’Algérie française», a précisé l’historien, lors d’une conférence donnée dans le cadre de la célébration par la ville universitaire de Sétif de la Journée du Savoir (16 avril).


M. Belghith a, dans ce sens, qualifié le leader du mouvement réformiste algérien de «bénédiction pour l’Algérie», car dit-il, «il avait mis à mal les croyances qui supposaient que les hommes aux turbans (chèche) ne peuvent vaincre la France».
Le conférencier a expliqué, dans ce contexte, que «cheikh Benbadis a réalisé un retentissant succès en s’appuyant sur les moyens légaux possibles, qui consistaient en l’éducation, la presse, le théâtre, les équipes sportives et les scouts, et avait également réussi à former une armée d’enseignants à travers laquelle il avait pu restructurer la société algérienne en peu de temps».


Mohamed Lamine Belghith a également évoqué des aspects de la personnalité du cheikh Benbadis, ses efforts dans la lutte contre diverses formes d’ignorance, d’analphabétisme, d’injustice, d’asservissement, et tous les maux propagés par la France coloniale.
Le conférencier a également déclaré : «Le cheikh Benbadis s’était armé du savoir pour ressusciter une patrie, car il avait compris la politique de la France qui œuvrait à anéantir et à assujettir la société algérienne, mais il est parvenu à faire renaître la patrie grâce à sa lutte acharnée».


De son côté, le directeur de l’université Mohamed-Lamine-Debaghine de Sétif, El Kheier Guechi, a souligné, dans son allocution d’ouverture, que lier le savoir au symbole Abdelhamid Benbadis est dû à son «rôle de leader dans la libération de la pensée et l’esprit algériens, après la tentative française de momifier cet esprit et effacer l’identité algérienne, et ce, en adoptant une approche de développement progressif des différents aspects de la vie».
Cette célébration a été marquée par l’interprétation de deux chants patriotiques intitulés «Al Alam» et «El Djazair» par la troupe «Taranim El Hidhab», composée de huit étudiants de l’université Mohamed-Lamine-Debaghine.

R. D. / lejourdalgerie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here